Articles > A lire > Santé - Sécurité sociale > Sécurité sociale

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Est Républicain - 05/02/2008  
  Popularité 90 % : Fonds d’accompagnement du laboratoire de Bure - DL - 17/12/2009  
  Popularité 90 % : Meuse : carte des cantons  
  Popularité 48 % : Leur politique d’affaiblissement de l’Ecole publique - 26/08/2008  
  Popularité 48 % : Chômage en août 2008 : une forte hausse - 30/09/2008  
  Popularité 48 % : IUT : l’inquiétude générale - 10/12/2008  
     

Des déficits abyssaux : un plan de redressement de l’assurance maladie injuste et insuffisant - 04/07/2007

Communiqué de Pascal TERRASSE, Secrétaire national à la Santé et de Claude PIGEMENT, Responsable national à la Santé

Des déficits abyssaux : un plan de redressement de l’assurance maladie injuste et insuffisant

Le déficit de la sécurité sociale devrait atteindre 12,1 milliards d’euros contre moins de 8 milliards prévus lors du vote du PLFSS à l’automne dernier. Toutes les branches sont ainsi dans le rouge. Les dépenses ont donc encore dérapé au premier semestre 2007. A telle enseigne que le comité d’alerte créé par la loi de 2004 s’est saisi de la question dès le mois de juin. Cette nouvelle dégradation apparaît au terme d’une législature calamiteuse qui a vu le déficit des comptes sociaux dépasser les 50 milliards d’euros, soit plus de 10 milliards par an.

Pour l’année 2007, nous serons donc très loin des prévisions surréalistes contenues dans le PLFSS et réaffirmées par le gouvernement Villepin à l’occasion de la campagne électorale.

Le déficit de la branche vieillesse atteindra cette année au moins 4,7 milliards d’euros soit plus d’1 milliard que prévu. Ce décalage signe l’échec de la réforme Fillon de 2003 sur les retraites. Ce dispositif était bien à la fois injuste et inefficace.

Pour sa part, le dérapage supplémentaire des comptes de l’assurance maladie devrait s’élever à 2,5 milliards d’euros. Le déficit atteindra donc les 6,4 milliards d’euros contre 3,9 annoncés initialement. Là encore le PLFSS adopté à l’automne est tout à la fois insincère et irréaliste puisqu’il limitait à 1,1 % la hausse programmée des soins de ville. Nous en sommes à plus de 5 %.

La gauche était parvenue, en dépit d’un lourd héritage, à équilibrer les comptes de la sécurité sociale en 1999, 2000 et 2001. La droite pendant cinq ans, de 2002 à 2007, a renoué avec sa mauvaise habitude des déficits. L’engagement de Philippe Douste Blazy, proclamé en 2004, d’équilibrer dès 2007 les comptes de l’assurance maladie n’est pas honoré, il s’en faut de beaucoup.

En fait, la droite, à la lumière des comptes qu’elle nous présente aujourd’hui, est victime de son propre héritage. Les solutions qu’elle préconise, à travers un plan de redressement à la petite semaine, relèvent du « déjà vu », en accentuant les injustices tout en demeurant insuffisantes. Les mesures annoncées vont introduire le forfait à l’acte, donc un surcroît de fragilisation et de culpabilisation des assurés sociaux et des malades. La réduction de 60 à 50 % du taux de remboursement pour les patients qui n’ont pas adopté le dispositif du médecin traitant confirme la logique. Tout ceci prépare le terrain à la mise en place de franchises médicales, autant dire de nouvelles taxes, qui pèseront sur tous les assurés sociaux.

La multiplication des forfaits, des déremboursements depuis trois ans, n’a servi à rien si ce n’est à aggraver les inégalités sociales et territoriales d’accès aux soins pour toujours davantage de déficit. Les décisions prises aujourd’hui par le gouvernement Fillon n’échappent pas à la règle. Nous sommes toujours dans une logique d’injustice sociale et de dérapage économique. La droite se nourrit ainsi de ses propres échecs pour mieux s’affranchir des avancées solidaires et universelles de la sécurité sociale.



  Derniers articles  
  4/01/2019 : Ensemble, rétablissons l’ISF ! Pour un referendum d’initiative partagée - 18/12/2018  
  21/12/2018 : Le Parti socialiste salue le Pacte mondial sur les migrations - 18 décembre 2018  
  17/12/2018 : COP24 : le strict minimum – et même moins – et une France aux abonnés absents - 16/12/2018  
  16/12/2018 : le Parti socialiste propose un autre plan ! - 12/12/2018  
  16/12/2018 : Les socialistes déposent une motion de censure contre le gouvernement - 11/12/2017  
  16/12/2018 : Déclaration universelle des droits de l’homme : 70 ans et une époque qui la met au défi - 10/12/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET