Articles > A lire > Finances locales et nationales, fiscalité

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : 5 minutes pour convaincre #10 - 28 mai 2017  
  Popularité 100 % : Elections départementales : résultats par canton (2ème tour)  
  Popularité 100 % : Le nombre de candidats aux concours de professeurs 2012, le déni de Luc Chatel - 22/07/2011  
  Popularité 100 % : Un budget responsable maintenant plutôt qu’un jeu politicien - 09/08/2011  
  Popularité 100 % : François Hollande : 01 mars 2012  
  Popularité 100 % : Conseil général - séance plénière du 30 octobre 2014  
     

Verdict sur le déficit public - 26/03/2018

Communiqué du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale - 26/03/2018

Quand les résultats sont là, l’honnêteté c’est de les attribuer à leurs auteurs.

Les efforts et le sérieux engagés depuis 2012 ont payé : le déficit public de la France passe sous la barre des 3 % de son PIB. La dernière fois que la France a durablement respecté ses engagements européens, c’était sous le Gouvernement de Lionel Jospin. Mais les 10 années de gouvernement à droite, de 2002 à 2012, avaient sérieusement dégradé nos finances publiques qui sur la décennie ont accusé un déficit cumulé de plus de 800 milliards d’euros.

Depuis 2012, c’est la responsabilité budgétaire qui a été mise en œuvre, reposant sur un équilibre entre les recettes et les dépenses. L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) confirme aujourd’hui ce sérieux. Si le déficit public revient sous la barre des 3 % de PIB, c’est grâce à des recettes dynamiques, qui ont fait rentrer 48 milliards d’euros de plus en 2017 dans les caisses de l’Etat.

Ces recettes supplémentaires proviennent en quasi-totalité de la relance de notre machine économique qui produit plus de richesses. Dans le même temps, les dépenses publiques ont progressé à un rythme inférieur à celui des recettes (+32 milliards d’euros par rapport à 2016, contre + 48 milliards d’euros pour les recettes par rapport à 2016). Cette hausse des dépenses inclut la juste revalorisation des rémunérations des agents des fonctions publiques (+ 6 milliards d’euros), avec la revalorisation du point d’indice.

La publication de ce jour de l’INSEE clôt une fois pour toutes la polémique initiée à l’été 2017 par la Cour des comptes qui avait alors entrepris un procès en insincérité des comptes 2017, procès repris à l’envi par le gouvernement qui n’avait pas de mots assez durs pour qualifier le quinquennat précédent.

Si 2017 confirme la démarche entreprise par la France depuis 2012 en matière de crédibilité budgétaire, nous alertons en revanche pour 2018 : le dynamisme des recettes fiscales sera sévèrement amputé par les cadeaux fiscaux accordés aux 1% des Français les plus riches grâce à la réforme de l’ISF et l’instauration d’une flat tax.



  Derniers articles  
  23/05/2018 : Parcoursup : une loterie qui renforce les inégalités sociales - 22/05/2018  
  23/05/2018 : Nicolas Hulot, l’arbre qui cache une forêt de renoncements - 18/05/2018  
  23/05/2018 : Réforme de l’Etat : le Gouvernement doit changer de méthode - 18/05/2018  
  23/05/2018 : Réaction du Parti socialiste à la crise environnementale et sanitaire des « sargasses » - 16 mai 2018  
  16/05/2018 : Jeudi 17 mai sur France 2 : Olivier Faure vous donne rendez-vous  
  16/05/2018 : Réaction du Parti socialiste à la crise environnementale et sanitaire des « sargasses » - 16 mai 2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET