Articles > A lire > Autre

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Suppressions d’emplois dans le Pays d’ETAIN - JP - 30/03/2006  
  Popularité 98 % : le 22 juin 2006 : il n’y a pas dans cet hémicycle des courageux et des lâches  
  Popularité 98 % : le 23 juin 2006 : Le service public doit apporter les formations professionnelles  
  Popularité 97 % : Les statuts  
  Popularité 96 % : Organisation de la Fédération du Parti socialiste  
  Popularité 86 % : Meuse : carte des cantons  
     

Fonction publique : le contre-sens et le mépris du gouvernement - 02/02/2018

Communiqué du 02 février 2018

Fonction publique : le contre-sens et le mépris du gouvernement

le gouvernement annonce la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires

Au lendemain de mouvements sociaux dans les prisons, les Ehpad, la justice et à l’Université qui ont dénoncé des manques d’effectifs, le gouvernement annonce la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires. Le Parti socialiste déplore la surdité de l’exécutif et sa réponse totalement hors-sujet aux revendications des fonctionnaires.

Ces annonces s’ajoutent à la liste, déjà longue, des mesures qui frappent les fonctionnaires depuis le début du quinquennat : gel du point d’indice, suppression des emplois aidés ; rétablissement du jour de carence ; report de la mise en œuvre du protocole PPCR ; non-compensation de la hausse de la CSG. Le Parti socialiste demande au gouvernement de mettre un terme au mépris avec lequel il traite les agents qui servent l’intérêt général au quotidien.

Si la fonction publique a besoin d’être réformée, cela ne peut pas se faire n’importe comment, ni sans respect et dialogue. Les agents ont montré depuis plusieurs années leur capacité à faire des efforts pour faire évoluer l’organisation et le fonctionnement de l’administration. Ce dont ils ont besoin aujourd’hui, c’est moins d’un plan social que d’un plan de formation pour les accompagner dans l’évolution des services à rendre à nos concitoyens.

La suppression de 120.000 postes de fonctionnaires ne manquera pas d’avoir des conséquences sur la qualité et l’accès aux services publics, notamment dans les territoires les plus défavorisés. Le gouvernement doit lever le flou et indiquer rapidement les services qui seront affectés par ces suppressions de postes.

Le Parti socialiste s’oppose à cette politique qui loin de réformer l’État affaiblit la puissance publique en la vidant de ses missions. Ce n’est pas en précarisant le statut de la fonction publique, ni en opposant les agents titulaires aux contractuels que l’on prépare l’avenir. Le service public, auquel les Français sont attachés, mérite davantage d’attention et de considération de la part du gouvernement.



  Derniers articles  
  24/02/2018 : SYRIE : Urgence internationale : les lignes rouges sont franchies depuis trop longtemps - 20/02/2018  
  24/02/2018 : Asile-immigration : un projet de loi qui sacrifie la dignité ne peut être efficace ni équilibré - 24/02/2018  
  24/02/2018 : Tracer le sillon d’un modèle agricole qui concilie santé et environnement en assurant un juste revenu aux agriculteurs et à leurs familles - 24/02/2018  
  11/02/2018 : La Meuse abandonne sa ruralité - 01/2018  
  2/02/2018 : Logement : là encore, le gouvernement doit sortir du double langage - 30/01/2018  
  2/02/2018 : Le gouvernement doit sortir du double langage sur le #glyphosate - 28/01/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET