Articles > Les élections > Elections législatives - juin 2017 > 5 minutes pour convaincre

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Lettre ouverte de Noëlle Mangin à Mme Huraut (ancien Maire) - 02 avril 2008  
  Popularité 93 % : Brexit : le Royaume-Uni va redevenir une île - 24/06/2016  
  Popularité 55 % : Communiqué du Conseil fédéral du PS de la Meuse - 13 juin 2017  
  Popularité 55 % : Le 21 mars 2006 : « Mon banquier est un maquereau. Il accepte mon argent alors qu’il sait qu’il vient de la prostitution »  
  Popularité 55 % : Réunions publiques  
  Popularité 55 % : La Fête de la Rose socialiste en Meuse- 10/07/2016  
     

5 minutes pour convaincre #13 - 31 mai 2017

À retenir aujourd’hui :

  • Hier, l’observatoire des inégalités en France a publié son dernier rapport. Ces dernières années, les inégalités ont été contenues, parce que notre modèle social a joué son rôle d’amortisseur. Nous en mesurons l’efficacité et l’importance : c’est pourquoi nous l’avons modernisé et pérennisé lorsque nous étions aux responsabilités.
  • Et maintenant ? le rapport montre que beaucoup reste encore à faire : les inégalités de revenus restent fortes. Les 10% des plus riches se partagent 27,3% des revenus, quand les 10% les plus pauvres ne pèsent que 2,9% des revenus. Lutter contre la précarité est également un enjeu majeur.
  • Or, que prévoit le gouvernement ? De baisser les impôts pour les 1% les plus riches en supprimant l’ISF sans le dire, et en contrepartie d’augmenter l’impôt qui touche tous les salariés y compris les plus pauvres : la CSG. D’étendre à tous l’accès à l’assurance chômage, mais en n’y mettant pas les moyens. La réduction des inégalités n’est pas sa priorité ; ses propositions pour lutter contre la précarité ne feront que l’aggraver. 
  • Pour plus de justice sociale, il faut donc envoyer le maximum de députés socialistes à l’Assemblée nationale. On n’a jamais vu les inégalités régresser sans action des socialistes.

Le chiffre du jour : 1,5%
C’est le chiffre désormais atteignable pour la croissance en 2017. Avec un moral des Français à son plus haut depuis août 2007, soit avant la crise de 2008. Grâce au quinquennat de François Hollande, les conditions sont réunies pour mener une politique ambitieuse de justice sociale. Raison de plus pour envoyer le maximum de députés socialistes à l’Assemblée.

Allocations chômage : ce que le gouvernement nous masque
Emmanuel Macron avait promis l’assurance chômage pour tous – salariés et indépendants, licenciés, en fin de contrat ou démissionnaires. Mais à quel prix ?

1) Des indemnités aux rabais, des pauvres en plus : le budget sera constant, le gouvernement s’y est engagé, mais le système comptera davantage de bénéficiaires. Comment faire pour le financer sinon baisser le montant des allocations ?
Le Royaume Uni l’a déjà fait : le "Universel credit", qui fusionne des allocations existantes (allocations chômages, crédit impôt de retour à l’emploi aide au logement etc...), s’est traduit par une paupérisation de près de 3,2 millions de ménages anglais.

2) Des chômeurs contraints d’accepter n’importe quoi : davantage de bénéficiaires, mais à budget constant, ce sont aussi des conditions de versement beaucoup plus dures. Un chômeur ne pourra refuser qu’une seule offre d’emploi. Au deuxième refus, les allocations seront suspendues.
Le gouvernement parle d’offre « décente » : mais peut-on appeler « décente » une offre d’emploi payée 25% de moins et située à 1h30 de son domicile ? C’est ce que propose le gouvernement. Et c’est déjà ce que proposait Sarkozy en 2008. Nous l’avons combattue hier, nous la combattrons demain.

3) Des chômeurs drastiquement contrôlés : tout effort jugé insuffisant de recherche entraînera également la suspension des allocations : autrement dit, pour le gouvernement, si vous êtes privé d’allocation chômage, c’est parce que vous voulez rester au chômage.

4) Le montant de vos allocations chômage pourra être décidé par l’État et non plus par ce que vous avez cotisé : en écartant les partenaires sociaux de la gestion de Pôle Emploi, et en finançant les allocations chômage par l’impôt et non par des cotisations sociales, l’Etat aura directement la mainmise sur le montant des cotisations. Il pourra les modifier comme bon lui semble.

Avec le gouvernement, nous saurons ce que nous allons perdre, mais plus vraiment ce que nous allons gagner.

Les socialistes agissent dans les territoires, pour les territoires
La justice sociale et l’égalité sont au coeur du projet des socialistes. C’est tout le sens de la mesure “Territoire zéro chômeurs de longue durée” portée par des ONG comme ATD Quart Monde, le Secours Populaire, Emmäus France, le Pacte Civique, et concrétisée par la proposition de loi de Laurent Grandguillaume, député PS de la Côte-d’Or, adoptée par le Parlement en février 2016.

  • Cette loi prévoit l’expérimentation durant cinq ans du dispositif sur dix territoires et un fonds de 15 millions d’euros par an pour financer, jusqu’en 2021, environ 2 000 emplois à hauteur de 70 % du smic. Les emplois ainsi créés, sous forme de CDI, devront répondre à des besoins jusque-là non satisfaits par le marché et ne pas entrer en concurrence avec des emplois existants.
  • Une « entreprise à but d’emploi » (EBE) est mise en place dans chaque territoire pour recruter les demandeurs d’emploi et organiser les activités. Elle appartient à l’économie sociale et solidaire et peut prendre différentes formes juridiques (SA, SCOP, association…). A l’heure actuelle, neuf entreprises à but d’emploi sur dix ont été créées et deux cents demandeurs d’emploi longue durée recrutés.

Agnès Thouvenot, adjointe au maire de Villeurbanne (Rhône) a témoigné dans Le Monde du 31 mai : 12 demandeurs d’emploi ont déjà été recrutés. Ils devraient être 40 d’ici à septembre. Malgré les difficultés de mise en place, tous “soulignent l’importance de briser l’isolement social qu’ils vivaient jusqu’à présent et de retrouver leur dignité par un travail rémunéré”, a expliqué Laurent Grandguillaume



  Derniers articles  
  16/06/2017 : Conseil municipal - 20 juin 2017  
  13/06/2017 : Communiqué du Conseil fédéral du PS de la Meuse - 13 juin 2017  
  13/06/2017 : Conseil communautaire de Bar-le-Duc Sud Meuse - 22/06/2017  
  12/06/2017 : Elections législatives (Meuse) - résultats de la 2ème circonscription - 1er tour (juin 2017)  
  12/06/2017 : Elections législatives (Meuse) - résultats de la 1ère circonscription - 1er tour (juin 2017)  
  12/06/2017 : Élections législatives - communiqué du 12 juin 2017  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET