Articles > Les élections > Elections législatives - juin 2017 > 5 minutes pour convaincre

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Organisation de la Fédération du Parti socialiste  
  Popularité 97 % : Transport scolaire des élèves de maternelle - DA - 11/06/2009  
  Popularité 89 % : Conseil communautaire de Bar-le-Duc Sud Meuse - 12/10/2017  
  Popularité 78 % : Nouvelle carte intercommunale (Meuse) - 01/01/2017  
  Popularité 76 % : Les forums de la refondation - 20/11/2017  
  Popularité 65 % : Conseil municipal Bar-le-Duc - 15 décembre 2016  
     

5 minutes pour convaincre #10 - 28 mai 2017

À retenir aujourd’hui :

  •  Alors que les medias n’en finissent plus de réduire la diplomatie à un jeu de virilisme stérile en commentant sans relâche la poignée de mains entre Donald Trump et Emmanuel Macron, le Président Macron a alimenté cette tendance en déclarant qu’il s’agissait d’un « moment de vérité. » Sur le fond, rappelons que le G7 s’est soldé par un échec des négociations sur le climat.
  •  A 13 jours du 1er tour des élections législatives, le gouvernement joue la montre. En n’informant pas les Français sur le contenu de la nouvelle loi travail, qu’ils veulent pourtant emblématique du quinquennat. A quand des éléments concrets pour que le débat démocratique puisse avoir lieu ? 
  • Serait-ce parce qu’ils craingnent que les Français ne soient pas favorables au plafonnement des indemnités prud’homales ? A l’extension de l’inversion de la hiérarchie des normes ? Ou encore à la fusion des institutions représentatives du personnel, source d’affaiblissement de la démocratie sociale en entreprise ? 
  • Les déclarations du porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, montrent qu’il a déjà enjambé les législatives. Annonçant une dérive encore plus droitière du gouvernement au lendemain du 18 juin, il n’a pas hésité à évoquer l’arrivée au gouvernement de personnalités telles que Jean-Pierre Raffarin.
  • Englué dans une double affaire de bien immobilier et d’emploi familial, M. Ferrand et son équipe paraissent mal supporter la pression. Ainsi, Pour justifier l’emploi de son fils comme collaborateur parlementaire en 2014, le cabinet de Richard Ferrand a tenté d’expliquer qu’il “n’est pas simple” en “Centre-Bretagne” de “trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur Internet.” Les jeunes bretons apprécieront…

Le chiffre du jour : 2016
Dans une note récente, l’Insee révèle que l’année 2016 a été une excellente année pour notre économie. La quasi totalité des indicateurs macroéconomiques sont au vert : la croissance est de 1,2% du PIB (contre 0,9% en 2014), le déficit est ramené à 3,2% du PIB (contre 3,9% en 2014), le pouvoir d’achat augmente de 1,8% (contre 0,8% en 2015), ou encore le taux d’investissement des entreprises est porté à 23,3 (contre 22,8 en 2014). A l’évidence, la politique conduite ces 5 dernières années n’a pas été sans résultat.

Des cabinets ministériels de droite et des intérêts équivoques  
Deux semaines après la nomination de M. Philippe à Matignon et 10 jours après l’annonce de son gouvernement, la composition des cabinets apporte une preuve supplémentaire de l’orientation droitière du projet gouvernemental. Pour mémoire :

  • Le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, n’est autre que Stéphane Fratacci, l’ancien Secrétaire général du très controversé ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale sous Nicolas Sarkozy. Ministère tellement controversé que le rapporteur spécial de l’ONU contre le racisme et la xénophobie y avait vu une expression de « la banalisation du racisme ». 
  • Le MEDEF a désormais ses entrées au Ministère du Travail puisque la ministre, Muriel Pénicaud, a choisi de nommer son ancien directeur général adjoint, Antoine Foucher, au poste de directeur de Cabinet. 
  • Jean-Michel Blanquer, ministre de droite de l’Éducation, a naturellement nommé des anciens Sarkozystes pour diriger son cabinet : son directeur de cabinet, Christophe Kerrero, est un ancien conseiller Luc Chatel, et son chef de cabinet, Christophe Pacohil, n’est autre que l’ancien chef de cabinet de François Baroin, quand celui-ci était ministre de l’Economie sous Sarkozy. 

Mais si l’orientation du gouvernement Philippe ne fait plus doute, les doutes sont permis quant à la neutralité de la nouvelle équipe gouvernementale. Deux exemples sont particulièrement saisissants : la déléguée générale de “Vin et Société”, lobby défendant les intérêts de l’industrie viticole et connu pour avoir fait assouplir la loi Evin, est nommée conseillère agricole de l’Elysée ; la ministre de la Santé Agnès Buzin devient statutairement l’autorité de tutelle de son mari, directeur de l’ISERM.

De nouveaux visages
Dans la troisième circonscription du Pas-de-Calais, pour la première fois une femme représentera le Parti socialiste. Frédérique Masson succède à Guy Delcourt. Pour la candidate comme pour le député sortant, c’est un passage de relais qui a été sciemment organisé afin de favoriser le renouvellement dans un territoire où « le FN doit être remis à sa place ». 



  Derniers articles  
  1er/12/2017 : Conseil communautaire de Bar-le-Duc Sud Meuse - 07/12/2017  
  1er/12/2017 : Conseil communautaire de Bar-le-Duc Sud Meuse - 12/10/2017  
  28/11/2017 : Les forums de la refondation - 20/11/2017  
  10/11/2017 : COP 23 : une étape transitoire, un enjeu politique majeur - 06 novembre 2017  
  10/11/2017 : Vie associative : des paroles aux actes - 10/11/2017  
  10/11/2017 : La transition énergétique ne doit pas attendre - 07/11/2017  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET