Articles > Les élections > Elections législatives - juin 2017 > 5 minutes pour convaincre

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Viticulture : le gouvernement doit passer à l’acte ! - 23/03/2006  
  Popularité 98 % : les cantons renouvelables en 2008  
  Popularité 74 % : Résultats 2ème tour Meuse - 13/12/2015  
  Popularité 71 % : EMPLOI : avec Madame Le Pen, les travailleurs ne seront pas protégés - 01/05/2017  
  Popularité 71 % : Conseil communautaire de Bar-le-Duc Sud Meuse - 1er décembre 2016  
  Popularité 63 % : Nouvelle carte intercommunale (Meuse) - 01/01/2017  
     

5 minutes pour convaincre #9 - 25 mai 2017

À retenir aujourd’hui :

  • Jean-Luc Mélenchon dénonce la tentation césariste d’Emmanuel Macron, mais qu’y a-t-il de si différent entre la conception du pouvoir du nouveau Président et celle du leader de la France Insoumise ? C’est bien la personnalisation du pouvoir avant tout, non ?
  • On l’a vu dans la forme de mépris avec laquelle M. Mélenchon gère ses rapports avec ses ex-alliés communistes. Ainsi, il fait mine d’ignorer que dans la circonscription marseillaise où il s’est parachuté, les communistes ont retiré leur candidat et le soutiennent malgré tout !
  • Les socialistes ont une autre idée du pouvoir et de son exercice. Il est le fruit du collectif, de la concertation et du dialogue. On nous attaque là-dessus, nous assumons ce respect des processus et règles de décision collectives car ils sont l’expression de la démocratie !
  • Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a fait part de la volonté du gouvernement d’intégrer de nouvelles personnalités de droite, comme Jean-Pierre Raffarin, après les législatives. Le premier ministre de droite, M. Philippe, a bien senti le problème et l’a repris en évoquant de nouvelles personnalités de tous bords… ne soyons pas dupes, refusons ce coup de barre à droite supplémentaire en envoyant des députés socialistes à l’Assemblée nationale !

Le chiffre du jour : 30%
C’est le chiffre de l’augmentation des projets d’investissements étrangers en France en 2016, par rapport à 2015, selon le baromètre EY. Le Brexit pourrait amplifier ce mouvement. Les créations d’emplois liés à ces projets ont elles aussi augmenté de 24% ! 

Ce que nous voulons pour la France : une Europe qui protège
La solution à la crise démocratique européenne, ce n’est pas moins d’Europe mais plus d’Europe.

  • Il faut réinvestir le projet européen. L’Europe doit être plus puissante, plus sociale et plus démocratique.
  • Nous devons mobiliser nos partenaires pour un plan européen d’investissements de 1.000 milliards d’euros consacré à la transition écologique et à la recherche.
  • Nous voulons une action forte de la France pour un pilier social protecteur pour les Européens et pour réviser la directive sur les travailleurs détachés pour lutter contre le dumping social. Dans un second temps, il s’agira également de proposer la mise en place d’un salaire minimum par pays à hauteur de 60% du salaire moyen.
  • Nous voulons une véritable gouvernance économique de la zone euro et une lutte accrue contre l’optimisation et l’évasion fiscales par une taxe sur les multinationales. 
  • Nous voulons une Europe qui protège avec notamment la défense du juste échange : les traités commerciaux devront respecter les normes sanitaires, sociales, environnementales de l’Europe (refus du TAFTA, réécriture du CETA). 

Ce que les populistes nous préparent : une sortie de l’Europe et une Europe loin des peuples

  • « Renverser la table » à Bruxelles, sortir de l’euro, sortir de l’Europe sont des voies sans issue car rien ne serait pire que l’isolement dans un monde ouvert. La France compte en Europe et doit continuer de le faire. 
  • Tous ceux qui font de l’Europe la source de tous les maux trompent les Français car ils veulent faire oublier que l’Europe n’a pas toujours été un ensemble en paix. Nous ne le voyons que trop, le nationalisme surgit à nouveau en Europe. Il faut préserver les acquis du passé en continuant de construire une Europe qui protège les citoyens.
  • Dans le même temps, les premiers pas du nouvel exécutif sur la scène européenne ne sont pas faits pour nous rassurer : l’affichage d’une nouvelle entente franco-allemande sur un programme de réformes est bienvenu, à condition que ce ne soit pas un programme de plans d’austérité successifs. Et le report, à la demande du gouvernement Macron-Philippe, de la date de discussion de la taxe européenne sur les transactions financières (TTF), pourtant prévue depuis longtemps, est également une source d’inquiétude sur l’orientation de la refonte du projet européen.


  Derniers articles  
  11/09/2017 : Conseil communautaire de Bar-le-Duc Sud Meuse - 21/09/2017  
  6/09/2017 : Rentrée 2017 : Monsieur le Ministre, effacer n’est pas progresser ! - 04/09/2017  
  6/09/2017 : Lettre d’un Maire à Emmanuel Macron - 06/09/2017  
  6/09/2017 : Manifestation du 12 septembre : position du Parti socialiste - 05/09/2017  
  29/08/2017 : Conseil communautaire de Bar-le-Duc Sud Meuse - 22/06/2017  
  29/08/2017 : Adresse des élus socialistes au Président de la République - 29/08/2017  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET