Articles > Les élections > Elections législatives - juin 2017 > 5 minutes pour convaincre

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Transport scolaire des élèves de maternelle - DA - 11/06/2009  
  Popularité 61 % : Conseil municipal - 28 septembre 2017  
  Popularité 61 % : Un budget pour les riches, un contre-budget pour tous - 18/10/2017  
  Popularité 60 % : Conseil général - séance plénière - 04 juillet 2013  
  Popularité 37 % : Conseil municipal - 26 octobre 2017  
  Popularité 32 % : Nicolas Sarkozy tombe le masque frontiste (Interview de Nicolas Sarkozy à Valeurs actuelles) - 05/08/2015  
     

5 minutes pour convaincre #7 - 23 mai 2017

À retenir aujourd’hui :

  • Le Président de la République recevait les syndicats ce mardi. Mais on peut se demander pour quoi faire, alors que le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a déclaré qu’on “n’a pas le droit de bloquer la France quand on n’est pas d’accord avec telle ou telle mesure, surtout quand elle était au cœur du projet présidentiel d’Emmanuel Macron”. Rappelons que le droit de grève est inscrit dans la Constitution. Sur cette réforme du code du Travail, l’Elysée a choisi de doucher les espoirs tant de modification de calendrier que de méthode. Cela se fera bien par ordonnances, d’ici à octobre. 
  • Dans l’ordre protocolaire du gouvernement d’Edouard Philippe, le ministère de l’Éducation est passé de 3ème à 11ème... L’éducation ne serait donc plus une priorité ? La question est légitime d’autant que c’est la droite, avec MM. Darmanin et Le Maire, qui aura le levier budgétaire sur le portefeuille !
  • Par fidélité à son bilan d’alors, Jean-Michel Blanquer aurait pu être le ministre de l’Education nationale de Nicolas Sarkozy ou de François Fillon, s’ils avaient été élus le 6 mai. En effet, sous l’ère Sarkozy, en tant que directeur général de l’enseignement scolaire, M. Blanquer avait soigneusement appliqué la politique éducative de la droite à coups de coupes budgétaires drastiques et d’humiliation des fonctionnaires. 
  • Pour que l’éducation demeure la priorité n°1 du pays, il faut un contrepoids à l’Assemblée nationale. Il faut des députés socialistes pour défendre la mixité sociale et l’égalité des chances. 

Le chiffre du jour : 1990
C’est l’année de parution du Journal Officiel publiant les rectifications orthographiques formulées par l’Académie française. La « fameuse » réforme est en vigueur depuis cette date mais demeure facultative. Elle semblait ne préoccuper personne jusqu’à ce que les éditeurs décident de l’appliquer dans leurs ouvrages de 2016. 
L’argument de l’extrême droite, qui prétend que cette réforme a été imposée par la précédente ministre de l’éducation nationale, est donc tout simplement faux. Une "Fake News" ! Pour mémoire et information à destination de tous les contempteurs de l’action de l’ancienne ministre accusée d’avoir voulu liquider la langue française, Najat-Vallaud Belkacem avait 13 ans le 6 décembre 1990 !

Ce que nous voulons pour la France : l’Éducation doit demeurer le 1er budget de l’Etat.

  • En continuité avec la création de 60 000 postes de professeurs et le rétablissement de la formation des maîtres durant le précédent quinquennat, nous poursuivrons la vague de recrutements d’enseignants notamment de professeurs remplaçants. 
  • Pour l’égalité des chances, nous instaurerons un seuil maximum de 25 élèves par classe en CP-CE1-CE2. En priorité, dans les territoires de l’éducation prioritaire et en Outre-mer, nous établirons un seuil maximum de 12 élèves par enseignant dans près de 12 000 classes et nous inciterons le recrutement dans ces territoires par une prime portée à 3000 euros nets. 
  • Pour que la prochaine génération vive mieux que la précédente, nous porterons l’ambition de 60% d’une classe d’âge diplômée de l’enseignement supérieur. 
  • Nous consacrerons 2% du PIB à l’enseignement supérieur.

Ce que le gouvernement nous prépare : une école inégalitaire

  • Après avoir annoncé que 2 000 classes de CP seraient concernées par le plafonnement à 12 élèves à la rentrée 2017, le ministre a déclaré vouloir « prendre le temps d’évaluer le dispositif « Plus de maitres que de classes » ». Serait-ce parce que l’application du plafonnement à 12 élèves dans 2000 classes de CP, sans recrutement supplémentaires de professeurs, risque de mettre à mal le dispositif « Plus de maîtres que de classe » unanimement reconnu ? Ou serait-ce simplement parce que la faisabilité matérielle ne va pas de soi dans les communes ? 
  • D’ailleurs, les premières reculades se produisent déjà. Lorsque la création d’une 2e salle de classe ne sera pas possible pour cette rentrée, le ministre évoque « une année de transition » avec par exemple deux maîtres dans une classe de 24 élèves… ce qui nous ramène au dispositif « Plus de maitres que de classes » déjà existant !
  • M. Blanquer va rendre optionnelle la réforme des rythmes scolaires, son maintien sera laissé à l’appréciation des seuls maires. Elle permet pourtant à des milliers d’enfants, en particulier ceux issus des familles les plus modestes, de découvrir et pratiquer des activités culturelles et sportives. Elle ne sera plus qu’une ligne dans le budget. Dès lors, la manœuvre est claire. Le ministre sait à quel point les élus de droite taillent dans les budgets dédiés à l’éducation. Il sait aussi que les communes qui choisiront de sacrifier cette ligne budgétaire sont justement celles où la réforme des rythmes était la plus utile. Aussi, en rendant cette réforme optionnelle, Monsieur Blanquer l’enterre vivante est semble s’en laver les mains ! 
  • Exit l’apprentissage des langues pour tous les élèves et retour aux filières élitistes des classes bilangues. 

De nouveaux visages
Dans la quatrième circonscription des Hauts-de-Seine, Habiba Bigdade est candidate aux législatives pour la première fois. Travaillant en milieu hospitalier, syndicaliste, militante associative, Habiba est adhérente au PS depuis 2000. Elle a décidé de s’investir dans une circonscription populaire pour « réconcilier les citoyens avec la politique » et « lutter pour plus de justice, pour l’égal accès à l’emploi, au logement, à l’éducation et pour une santé égalitaire et solidaire ». 



  Derniers articles  
  19/10/2017 : Conseil municipal - 26 octobre 2017  
  18/10/2017 : Un budget pour les riches, un contre-budget pour tous - 18/10/2017  
  25/09/2017 : Le logement social paie la facture de la rigueur… - 20/09/2017  
  25/09/2017 : Sénatoriales - point presse du Parti socialiste - 24/09/2017  
  25/09/2017 : Présentation des ordonnances Macron-Pénicaud devant le conseil des Ministres - 22/09/2017  
  25/09/2017 : Pour les emplois aidés, le compte n’y est pas et c’est la double peine - 25/09/2017  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET