Articles > A lire > Santé - Sécurité sociale

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : 2010 : une année noire pour l’emploi - 26/01/2011  
  Popularité 100 % : Fermeture de l’usine Phillips à Dreux - 15/02/2010  
  Popularité 100 % : Condamnation de Jafar Panahi - 21/12/2010  
  Popularité 100 % : CHILI : décès de la veuve du Président Allende - 22/06/2009  
  Popularité 100 % : L’Education est votre avenir - 01/04/2009  
  Popularité 100 % : Absentéisme scolaire : l’imposture - 05/05/2011  
     

Commerce illicite du tabac : stop ! - 07/06/2016

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen
Strasbourg – mardi 7 juin 2016 - http://www.deputes-socialistes.eu/c...

Commerce illicite du tabac : stop !

C’est bien connu : « Le tabac, c’est mauvais pour l’état général mais, pour l’État en particulier, excellent pour le coffre »[1]. Seulement voilà, fraudes et contrebandes passent par là : 12 % des 6 000 milliards de cigarettes commercialisées chaque année dans le monde font l’objet de commerce illicite.

Les taxes ont vocation à dissuader les fumeurs : aussi, lutter contre le commerce illicite du tabac est avant tout une mesure de santé publique, qui vise à empêcher l’accès à des cigarettes à très bas prix. Lutter contre le commerce illicite du tabac, c’est aussi préserver les finances publiques des États, qui utilisent cette ressource afin de gérer le coût du tabagisme : pour l’Europe, le manque à gagner fiscal engendré par la contrebande est estimé à plus de 10 milliards d’euros par an.

Face au commerce illicite, l’OMS a adopté, le 12 novembre 2012 à Séoul, un protocole actuellement ouvert à la ratification visant à compléter la convention-cadre pour la lutte antitabac. Pour que ce texte devienne juridiquement contraignant, 40 signataires et ratifications sont nécessaires. Actuellement, 17 pays dans le monde l’ont ratifié, dont 5 États européens.

Ce protocole fournit les outils nécessaires pour sécuriser la chaîne logistique des produits du tabac grâce à l’adoption d’une série de mesures telles que l’instauration d’un régime mondial de suivi et de traçabilité dans un délai de cinq ans après l’entrée en vigueur du protocole, et la création d’un point focal mondial pour l’échange d’informations.

En plus d’une ratification par les États membres, le protocole peut être ratifié par l’Union européenne. Le Conseil doit le faire avec le consentement du Parlement européen. Politiquement, le vote de ce dernier aujourd’hui est un signal fort pour que d’autres États membres le ratifient également, permettant ainsi d’atteindre au plus vite le seuil des 40 signataires.



  Derniers articles  
  23/03/2019 : Conseil communautaire de Bar-le-Duc Sud Meuse - séance publique - jeudi 04 avril 2019  
  13/03/2019 : Le Parti socialiste lance ses propositions pour une Europe féministe - 08/03/2019  
  13/03/2019 : Le Parti socialiste fait du « bien manger » un enjeu majeur de notre société - 05/03/2019  
  13/03/2019 : La lettre d’Emmanuel Macron : des mots pour le dire, des actes pour se dédire - 05/03/2019  
  9/03/2019 : Tribune de l’Opposition « Attendez 15 ou 20 ans » ... et puis quoi encore ? - 03/2019  
  5/03/2019 : Le Parti socialiste saisit le CSA sur les atteintes au pluralisme - 25/02/2019  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET