Articles > A lire > Finances locales et nationales, fiscalité

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Conseil municipal - 26 octobre 2017  
  Popularité 98 % : Présentation des ordonnances Macron-Pénicaud devant le conseil des Ministres - 22/09/2017  
  Popularité 78 % : Le 17 mars 2006 : "Au rythme où l’on tue les journalistes en Irak,...  
  Popularité 69 % : Fonds d’accompagnement du laboratoire de Bure - DL - 17/12/2009  
  Popularité 54 % : Constitutionalisation de l’abolition de la peine de mort en France - intervention de Robert Badinter au Congrès de Versailles - 19/02/2007  
  Popularité 54 % : Retrait du CPE - Communiqué de presse à l’issue de la réunion de la Gauche - 31/03/2006  
     

Pas de contreparties et les vieilles recettes libérales, voilà la solution de M. Fillon - 15/01/2014

Mercredi 15 janvier 2014 - communiqué de presse : David Assouline, porte-parole du Parti socialiste

Pas de contreparties et les vieilles recettes libérales, voilà la solution de M. Fillon

M. Fillon, qui dès 2007 s’inquiétait d’un Etat en faillite, et n’a rien fait pendant ses cinq ans à Matignon, sinon creuser encore plus les déficits, casser la compétitivité de notre économie, démanteler la protection sociale et fait s’envoler le chômage, a adopté ce soir une posture de circonstance, celle de l’opposant "responsable", face à l’irresponsabilité politique de son rival, M. Copé.

Mais très vite on a compris que la main tendue à François Hollande sur le grand compromis social proposé hier n’était rien d’autre qu’un leurre.

En réclamant dès 2014 une baisse des cotisations patronales, sans contreparties, il démontre que la droite est enfermée, aveuglée par sa logique ultralibérale, qui n’a conduit qu’à l’échec et à l’explosion des inégalités ces dix dernières années. Ce qu’il propose, et avec lui toute l’UMP, c’est le sarkozysme en pire : réduction drastique du nombre de fonctionnaires, y compris des enseignants, diminution des prestations sociales et remise en cause de l’indemnisation du chômage.

M. Fillon n’est pas au rendez-vous de l’enjeu historique de redéfinition du pacte social de l’après-crise. Il ne sait pas ce qu’est un compromis social, il est plutôt comme M.Copé, dans la revanche sociale, et le déni de ses propres responsabilités passées. Les Français jugeront.



  Derniers articles  
  19/10/2017 : Conseil municipal - 26 octobre 2017  
  18/10/2017 : Un budget pour les riches, un contre-budget pour tous - 18/10/2017  
  25/09/2017 : Le logement social paie la facture de la rigueur… - 20/09/2017  
  25/09/2017 : Sénatoriales - point presse du Parti socialiste - 24/09/2017  
  25/09/2017 : Présentation des ordonnances Macron-Pénicaud devant le conseil des Ministres - 22/09/2017  
  25/09/2017 : Pour les emplois aidés, le compte n’y est pas et c’est la double peine - 25/09/2017  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET