Articles > Action du Gouvernement (après le 6 mai 2012)

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Suppressions d’emplois dans le Pays d’ETAIN - JP - 30/03/2006  
  Popularité 98 % : le 22 juin 2006 : il n’y a pas dans cet hémicycle des courageux et des lâches  
  Popularité 98 % : le 23 juin 2006 : Le service public doit apporter les formations professionnelles  
  Popularité 97 % : Les statuts  
  Popularité 96 % : Organisation de la Fédération du Parti socialiste  
  Popularité 86 % : Meuse : carte des cantons  
     

Retraites : un engagement tenu à l’égard du monde du travail - 07/06/2012

Communiqué de Harlem Désir, secrétaire national à la Coordination, coordinateur de la campagne législative & Guillaume Bachelay, porte-parole pour la campagne législative

Retraites : un engagement tenu à l’égard du monde du travail

Le Gouvernement vient d’annoncer qu’un décret permettra à celles et ceux ayant commencé à travailler tôt de continuer à partir à la retraite à 60 ans, accordant des trimestres supplémentaires aux mères de famille et aux chômeurs.

Avec cette décision, un engagement majeur de François Hollande est tenu. Comme annoncé par François Hollande, le Gouvernement a, en quelques jours à peine, déployé un arsenal social pour protéger les Français dans la crise : augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, création de postes dans l’Éducation nationale, limitation des écarts de rémunération et maintenant retraite à 60 ans pour plus de 110 000 travailleurs.

Par sa décision le Gouvernement répare aussi une injustice flagrante, symbole de la politique de la régression sociale menée par Nicolas Sarkozy pendant 5 ans. C’est une mesure de justice et de respect pour le monde du travail : le Gouvernement rend justice aux travailleurs qui ont les métiers les plus difficiles, aux mères de familles ainsi qu’aux salariés frappés par le chômage.

Le Gouvernement fait aussi, par sa méthode, tourner la page du sarkozysme brutal à la France : alors que Nicolas Sarkozy et François Fillon méprisaient le dialogue social et les corps intermédiaires, Jean-Marc Ayrault a mis la transparence et la concertation au cœur de la conférence sociale qu’il a annoncée.

Les critiques de l’UMP contre cette mesure sont indécentes. On croyait François Fillon et Jean-François Copé trop occupés par la retraite à 57 ans qu’ils tentent d’imposer à Nicolas Sarkozy pour se préoccuper de la retraite des Français, en réalité ils ne se réconcilient que pour refuser tout progrès social. Au lieu de contester cette réforme aussi nécessaire que juste, M.Fillon et Copé devraient respecter le mandat que les Français ont donné à François Hollande pour la mettre en œuvre.

Les citoyens savent désormais que le vote UMP les 10 et 17 juin conduirait à une nouvelle casse des retraites, tandis qu’avec le vote pour la majorité présidentielle les engagements pour le progrès social seront tenus comme ils le sont déjà aujourd’hui.



  Derniers articles  
  24/02/2018 : SYRIE : Urgence internationale : les lignes rouges sont franchies depuis trop longtemps - 20/02/2018  
  24/02/2018 : Asile-immigration : un projet de loi qui sacrifie la dignité ne peut être efficace ni équilibré - 24/02/2018  
  24/02/2018 : Tracer le sillon d’un modèle agricole qui concilie santé et environnement en assurant un juste revenu aux agriculteurs et à leurs familles - 24/02/2018  
  11/02/2018 : La Meuse abandonne sa ruralité - 01/2018  
  2/02/2018 : Logement : là encore, le gouvernement doit sortir du double langage - 30/01/2018  
  2/02/2018 : Le gouvernement doit sortir du double langage sur le #glyphosate - 28/01/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET