Articles > A lire > Enseignement & formation

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : 5 minutes pour convaincre #7 - 23 mai 2017  
  Popularité 100 % : Déficit de la sécurité sociale : record historique pour le Gouvernement Raffarin ! - 27/04/2005  
  Popularité 100 % : Nicolas Sarkozy tombe le masque frontiste (Interview de Nicolas Sarkozy à Valeurs actuelles) - 05/08/2015  
  Popularité 100 % : Ordre du jour des 08 & 09 juillet 2009  
  Popularité 100 % : Primaires : 21 septembre 2011  
  Popularité 100 % : le 9 juin 2006 : le niveau du déficit du régime général de la sécurité sociale fin 2006  
     

L’indécence de Valérie Pécresse : "il est indécent de la part des universités de se plaindre" - 27/01/2011

Communiqué de Bertrand Monthubert, Secrétaire national à la recherche et à l’enseignement supérieur

L’indécence de Valérie Pécresse : "il est indécent de la part des universités de se plaindre"

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche a réagi aux critiques des présidents d’universités sur l’évolution de leurs budgets en disant qu’ « il est indécent de la part des universités de se plaindre ».
Une fois de plus, Valérie Pécresse a brandi des chiffres d’augmentation des budgets depuis 2007 pour tenter de faire croire que les universités seraient bien portantes aujourd’hui. Ce n’est pourtant pas le cas : les augmentations sont en grande partie dues à des manipulations budgétaires, et surtout le passage aux "responsabilités et compétences élargies" des universités a entraîné des coûts très importants pour les universités.
Quoiqu’elle dise, Valérie Pécresse aura du mal à convaincre un étudiant d’université que sa situation a progressé depuis 2007 : nous avons toujours un encadrement pédagogique très insuffisant, faute de moyens humains. En euros constants, les crédits budgétaires de l’enseignement supérieur et de la recherche ont stagné depuis 2007, une fois les manipulations budgétaires mises à l’écart.

Mais Valérie Pécresse est allée encore plus loin dans l’indécence, en comparant la situation française à celle du Royaume-Uni ou de l’Allemagne, qui serait moins favorable. C’est faire semblant d’oublier que dans ces pays, la dépense par étudiant à l’université est bien plus forte qu’en France. L’objectif prioritaire du gouvernement devrait être de réduire l’écart, en augmentant réellement les dépenses pour les étudiants des universités françaises, qui sont très insuffisantes dans notre pays.

Au lieu d’essayer de masquer la réalité, il faut dire la vérité sur les moyens réels des universités françaises et engager d’urgence de nouveaux moyens, humains et matériels, pour développer celles-ci et réduire l’échec des étudiants en premier cycle universitaire. Les annonces sur le grand emprunt, qui promettent toujours pour plus tard ce que le gouvernement refuse de donner aujourd’hui, ne peuvent être une réponse à la crise dont les présidents d’université se font l’écho.



  Derniers articles  
  25/09/2017 : Le logement social paie la facture de la rigueur… - 20/09/2017  
  25/09/2017 : Sénatoriales - point presse du Parti socialiste - 24/09/2017  
  25/09/2017 : Présentation des ordonnances Macron-Pénicaud devant le conseil des Ministres - 22/09/2017  
  25/09/2017 : Pour les emplois aidés, le compte n’y est pas et c’est la double peine - 25/09/2017  
  24/09/2017 : Elections sénatoriales 2017 (résultats)  
  23/09/2017 : Conseil municipal - 28 septembre 2017  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET