Articles > A lire > Emploi, chômage, dialogue social > Conflits sociaux, grèves, dialogue social

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Suppressions d’emplois dans le Pays d’ETAIN - JP - 30/03/2006  
  Popularité 98 % : le 22 juin 2006 : il n’y a pas dans cet hémicycle des courageux et des lâches  
  Popularité 98 % : le 23 juin 2006 : Le service public doit apporter les formations professionnelles  
  Popularité 97 % : Les statuts  
  Popularité 96 % : Organisation de la Fédération du Parti socialiste  
  Popularité 86 % : Meuse : carte des cantons  
     

Dialogue social dans les TPE : l’UMP s’oppose au développement de la démocratie sociale - 07/07/2010

Communiqué de Alain Vidalies, Secrétaire national au travail et à l’emploi

Dialogue social dans les TPE : l’UMP s’oppose au développement de la démocratie sociale

L’article 6 du projet de loi sur le dialogue social dans les TPE prévoyait la création de futures « commissions paritaires territoriales » composées de représentants du patronat et des salariés et chargées de veiller à la bonne application des accords de branche. Alors que ce dispositif était déjà très léger (le projet de loi se limitait à la mise en place de commissions uniquement s’il existait un accord, et d’un vote sur un sigle syndical, sans élection de véritables représentants de ces salariés) le groupe UMP a décidé de supprimer la possibilité de création de ces commissions, au sein de commission des Affaires sociales de l’Assemblée. Le résultat : l’exclusion de 4 millions de salariés d’une véritable représentation dans l’entreprise.

Cette suppression intervient après un intense lobbying de la CGPME et du Medef et traduit une conception archaïque du dialogue social, ainsi qu’une vision idyllique des relations employeurs-salariés dans les petites entreprises qui ne correspond pas - hélas - à la réalité. Déjà, l’accord du 12 décembre 2001 pour développer le dialogue social dans les très petites entreprises, signé par l’UPA, représentant les employeurs de 800 000 entreprises artisanales, et les cinq organisations syndicales de salariés, avait fait l’objet de contestations juridiques du Medef et de la CGPME. Les masques tombent et le groupe UMP montre là son vrai visage : un parti hostile au développement de la concertation sociale.

Alors que le débat dans l’hémicycle commence aujourd’hui, le Parti socialiste en appelle à la responsabilité des députés du groupe UMP et demande la réintégration d’un dispositif permettant au moins la création de commissions paritaires.



  Derniers articles  
  24/02/2018 : SYRIE : Urgence internationale : les lignes rouges sont franchies depuis trop longtemps - 20/02/2018  
  24/02/2018 : Asile-immigration : un projet de loi qui sacrifie la dignité ne peut être efficace ni équilibré - 24/02/2018  
  24/02/2018 : Tracer le sillon d’un modèle agricole qui concilie santé et environnement en assurant un juste revenu aux agriculteurs et à leurs familles - 24/02/2018  
  11/02/2018 : La Meuse abandonne sa ruralité - 01/2018  
  2/02/2018 : Logement : là encore, le gouvernement doit sortir du double langage - 30/01/2018  
  2/02/2018 : Le gouvernement doit sortir du double langage sur le #glyphosate - 28/01/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET