Articles > Les Elus de Gauche (en Meuse, en Europe) > Conseil départemental de la Meuse > Questions écrites, orales, voeux & interventions > Année 2010 > Séance du 08/07/2010

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Les socialistes participent à la journée de défense des services publics - 06/02/2007  
  Popularité 100 % : Alcatel-Lucent : quand la course au profit met en péril l’entreprise -27/02/2007  
  Popularité 100 % : Fiscalité locale : rétablir la vérité pour s’opposer à la droite et soutenir nos élus - 17/02/2005  
  Popularité 100 % : Le Parti socialiste salue la mémoire d’Arnaud MARTY-LAVAUZELLE - 14/02/2007  
  Popularité 100 % : Marché du travail en Meuse - janvier 2005  
  Popularité 100 % : Enquête de l’Insee sur l’emploi en 2005 : une réalité alarmante - 25/03/2006  
     

Sections sportives dans nos collèges - AV - 07/08/2010

Alain Verneau, au nom du Groupe des Elus de Gauche

Vœu d’urgence : Sections sportives dans nos collèges

« Nous venons d’apprendre que la Ligue de Lorraine de Cyclisme compte se désengager de la « classe vélo » ouverte depuis la rentrée 2009 au Collège des Tilleuls de Commercy. La piste n’étant plus une priorité de cette dernière en conséquence de quoi le formateur de la ligue n’interviendra plus dès la rentrée prochaine.

D’autre part, le District Meuse de Football a également annoncé son retrait des classes « Foot » des collèges meusiens.

A un moment où notre département rural se bat pour que nos collégiens puissent bénéficier d’options, notamment sportives, ces démarches vont à l’encontre de notre volonté.

C’est pourquoi, nous sollicitons l’intervention du Conseil Général de la Meuse auprès de ces deux instances afin d’étudier avec elles les possibilités de poursuite des engagements pris.

Enfin l’Education Nationale nous fait savoir que les heures de coordination, attribuées aux professeurs de sport des établissements ayant des sections sportives, seront supprimées dès la prochaine rentrée à charge pour les clubs référents ou les collectivités concernées de prendre le relais (financier évidemment).

Nous vous demandons, M. le Président, d’interpeler M. le Préfet sur ce nouveau désengagement de l’Etat et lui demander quelles mesures il compte mettre en oeuvre pour pérenniser les classes sportives et faire en sorte que les collégiens meusiens puissent bénéficier des mêmes possibilités d’option que ceux des villes plus importantes ayant les moyens en conséquence. »

DELIBERATION :

M. le PRÉSIDENT : Je mets aux voix l’urgence. (Adoptée.)

Monsieur DENOYELLE, avez-vous des éléments de réponse à nous fournir ?

M. DENOYELLE : Le Conseil général est à l’origine des sections sportives scolaires qui, selon le schéma initial, relevaient d’un partenariat entre l’Éducation Nationale, les ligues, les comités départementaux et les associations locales. Une évolution a eu lieu depuis leur mise en place.

Auparavant, l’encadrement était assuré par des personnels de l’Éducation Nationale durant leur temps de travail ; ce n’est plus le cas désormais. Nous comptons en Meuse dix-huit sections sportives dans une quinzaine de collèges et une enveloppe qui progresse régulièrement au niveau du Conseil Général pour atteindre à peu près 20 000 euros. Quand la section s’appuie sur une association ou sur un club qui n’a guère de moyens, elle fait appel à la ligue ou au comité départemental, ce qui n’est pas toujours fructueux. Ce constat, nous le regrettons tous. Nous nous engageons à réunir les différents acteurs – principaux de collèges, ligues, élus concernés et services de l’Éducation Nationale, comme nous le fîmes déjà pour essayer de remédier à la situation, sachant que l’on ne peut se substituer à chaque retrait.

Notre engagement représente déjà 20 000 euros pour le budget départemental ; il progresse régulièrement. Nous organiserons un tour de table.

M. le PRÉSIDENT : La parole est à M. MARTIN.

M. MARTIN : Deux questions. Le District de football se désengage-t-il vraiment ?

M. VERNEAU : C’est, à ma connaissance, ce qu’il a annoncé.

M. MARTIN : Ce n’est peut-être « qu’à votre connaissance ».
Par ailleurs, la Ville de Commercy met-elle de l’argent dans la classe football ?

M. VERNEAU : Indirectement, oui.

M. MARTIN : Et directement ?

M. VERNEAU : Directement, non. Elle ne met pas des sommes sonnantes et trébuchantes.

M. MARTIN : À Saint-Mihiel, nous avons une classe foot, et nous avons voté, l’an dernier, 1 500 euros pour contribuer au salaire de l’entraîneur des jeunes de sixième-cinquième, puis de quatrième-troisième.

M. VERNEAU : Comme le préconisait M. DENOYELLE, il faut tenir une réunion avec l’ensemble des acteurs.

M. MARTIN : Vérifiez cependant l’idée selon laquelle le District de football ne subventionnerait pas le projet.

M. le PRÉSIDENT : La parole est à M. PERRIN.

M. PERRIN : En tant qu’ancien footballeur, je rappelle avec humour que la Fédération Française de Football n’est pas seule à être incohérente, car, si le District de cyclisme a décidé d’ouvrir une section de cyclisme sur piste l’an dernier, il décrète, dès cette année, que telle n’est plus sa priorité. Chacun a donc ses problèmes.

Pour répondre à l’interrogation de M. MARTIN, à ma connaissance, le District meusien de football ne participe plus à la création de nouvelles sections sportives et a tendance à rechercher des partenariats plus élargis pour les sections anciennement financées.

M. le PRÉSIDENT : La parole est à Mme BECQ-VINCI.

Mme BECQ-VINCI : Le District de football de la Meuse est intervenu auparavant dans certaines classes jusqu’à contribuer au salaire de l’éducateur, mais, actuellement, il n’intervient plus. C’est ce que m’a répondu son président, quand je l’ai interrogé pour Ancemont.

Il n’en va pas de même pour l’aviron. Un professeur de sport au collège Buvignier enseigne l’aviron et intervient, je pense, dans la classe « aviron ».

M. le PRÉSIDENT : La parole est à M. COURTAUX.

M. COURTAUX : Les sections sportives, football ou autres, ont pour effet de prélever des enfants dans les collèges qui ne disposent pas de telles sections au bénéfice de ceux qui en ont. Il faudrait que le milieu sportif accorde quelques crédits, car c’est une façon déguisée de gonfler son effectif d’enfants.

En ce qui concerne le football, il faudrait, dès ce stade, le moraliser pour que nous ne soyons pas ridicules tous les quatre ans en Coupe du monde.

M. PERRIN : Nous ouvrons une section football au collège de Stenay, personne n’a été « prélevé ». Seuls des jeunes de Stenay s’y inscrivent.

M. le PRÉSIDENT : Monsieur DENOYELLE, réunissez également autour de vous les Conseillers généraux concernés par les sections Sports dans les collèges de leur canton. Merci.



  Derniers articles  
  13/08/2017 : Jour du dépassement : les socialistes demandent des moyens garantis pour la transition écologique - 02/08/2017  
  13/08/2017 : La fausse route du gouvernement Philippe - 30/07/2017  
  13/08/2017 : Baisse des aides à l’investissement et des crédits de la politique de ville - 03/08/2017  
  3/08/2017 : Le Parti socialiste salue la mémoire de Jeanne Moreau - 08/2017  
  3/08/2017 : Le Gouvernement tourne le dos aux quartiers prioritaires - 03/08/2017  
  3/08/2017 : Baisse des aides à l’investissement et des crédits de la politique de ville - 03/08/2017  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET