Articles > A lire > Emploi, chômage, dialogue social > Dans les entreprises

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : 5 minutes pour convaincre #10 - 28 mai 2017  
  Popularité 100 % : Elections départementales : résultats par canton (2ème tour)  
  Popularité 100 % : Le nombre de candidats aux concours de professeurs 2012, le déni de Luc Chatel - 22/07/2011  
  Popularité 100 % : Un budget responsable maintenant plutôt qu’un jeu politicien - 09/08/2011  
  Popularité 100 % : François Hollande : 01 mars 2012  
  Popularité 100 % : Conseil général - séance plénière du 30 octobre 2014  
     

Annonces des banques sur le crédit aux entreprises : à peine de quoi revenir au niveau de fin 2008 - 05/03/2010

Communiqué de Guillaume Bachelay, Secrétaire national à l’industrie, aux entreprises et aux NTIC

Annonces des banques sur le crédit aux entreprises : à peine de quoi revenir au niveau de fin 2008

Les banques viennent d’annoncer le déblocage de 96 milliards d’euros de crédits à destination des PME et des TPE (58 milliards pour des crédits à court terme et 38 milliards pour des crédits à long terme), soit une hausse de 3% par rapport à 2009.

Cette annonce ne doit pas faire illusion. Une augmentation de 3% permettra tout juste au niveau des crédits de retrouver celui du second semestre 2008, l’année 2009 ayant été particulièrement désastreuse pour le financement des PME. Les crédits à court terme ont reculé de -8,1% entre janvier 2010 et janvier 2009 et les crédits de trésorerie de -15,3%.

Ce n’est donc pas la faible hausse du montant des crédits annoncée par les banques, ni les mesures pour l’industrie présentées hier par le Président de la République, qui vont permettre de soutenir efficacement l’économie française et plus particulièrement les PME. Les objectifs annoncés - +25% pour l’industrie d’ici à 2015, +3 pour les crédits en 2010 – permettent tout juste de revenir à la situation de 2008. Cela traduit le manque d’ambition du gouvernement pour l’économie française.

Concernant le crédit aux entreprises, ce ne sont pas des engagements à minima et non contraignants de la part des banques qui changeront quoi que ce soit. Notre économie a besoin de mesures structurelles fortes. Il faut à la fois mieux réguler le secteur bancaire, pour redonner la priorité aux activités de financement de l’économie sur la spéculation et développer les outils publics pour financer les PME, les TPE et les entreprises de taille intermédiaire (pôle public d’investissement industriel). Aujourd’hui, face au désengagement des banques, ce sont souvent les régions qui font le travail de soutien aux PME-PMI et à l’investissement.

Décidément, avec N. Sarkozy, c’est une promesse par jour à l’approche des élections. Hier l’industrie, aujourd’hui les banques, demain l’agriculture. Mais on n’efface pas en trois jours trois ans de promesses non tenues.



  Derniers articles  
  23/05/2018 : Parcoursup : une loterie qui renforce les inégalités sociales - 22/05/2018  
  23/05/2018 : Nicolas Hulot, l’arbre qui cache une forêt de renoncements - 18/05/2018  
  23/05/2018 : Réforme de l’Etat : le Gouvernement doit changer de méthode - 18/05/2018  
  23/05/2018 : Réaction du Parti socialiste à la crise environnementale et sanitaire des « sargasses » - 16 mai 2018  
  16/05/2018 : Jeudi 17 mai sur France 2 : Olivier Faure vous donne rendez-vous  
  16/05/2018 : Réaction du Parti socialiste à la crise environnementale et sanitaire des « sargasses » - 16 mai 2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET