Articles > A lire > Finances locales et nationales, fiscalité

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Ordre du jour : 05 avril 2012  
  Popularité 61 % : Jean THOUVENIN, Bar-le-Duc, retraité SNCF, ancien combattant volontaire  
  Popularité 61 % : Leur politique d’affaiblissement de l’Ecole publique - 26/08/2008  
  Popularité 61 % : Chômage en août 2008 : une forte hausse - 30/09/2008  
  Popularité 61 % : IUT : l’inquiétude générale - 10/12/2008  
  Popularité 61 % : Le Conseil des ministres des transports, télécommunications et énergie de l’Union européenne et la « directive Retour ». - 09/12/2008  
     

Un recul du PIB historique en 2009 - 12/02/2010

Communiqué : Michel Sapin, Secrétaire national à l’économie

Un recul du PIB historique en 2009

L’année 2009 a décidément été bien difficile pour les Français. Le PIB a connu un recul historique depuis la fin de la seconde guerre mondiale (-2,2%) et 412.000 emplois ont été détruits sur l’année (-56.500 au quatrième trimestre). Rappelons que les prévisions de croissance du gouvernement étaient dans la loi de finances initiale comprise entre +0.2% et +0.5% et dans la loi de finances rectificatives de -1.5%. Le gouvernement n’a pris conscience de l’ampleur de la chute du PIB qu’au cours de l’été (prévision de -3% en juin revue à -2.25% en septembre).

Le rebond du quatrième trimestre (+0,6%) ne doit pas faire illusion. L’investissement des entreprises continue de reculer (-1,2%), la progression de la consommation des ménages (+0,9%) s’explique par les achats d’automobiles (+8%), liés à l’arrivée à échéance de la prime à la casse, le solde du commerce extérieur se détériore (-0,7%) pour atteindre un déficit quasi-historique malgré le recul des échanges en 2009, notamment des importations d’énergie (39,8 milliards d’euros de déficit), et la production industrielle recule de nouveau en décembre (-0.8% pour l’industrie manufacturière).

Les conditions d’une reprise solide ne sont donc toujours pas réunies. Le plan de relance du gouvernement s’est avéré incapable de redynamiser les moteurs de la croissance interne. Seule la prime à la casse a eu un effet positif sur la consommation des ménages, mais il n’est que provisoire et souvent suivi d’une rechute des achats d’automobiles. Les constructeurs s’attendent d’ailleurs à une année 2010 difficile. La consommation risque de se tasser suite à l’augmentation du chômage et à la désinflation.

Dans ce contexte, le plan de purge budgétaire d’une ampleur jamais connue par la France annoncé par le gouvernement dans le programme de stabilisation transmis à la commission européenne est une véritable erreur. N’agissant que sur la seule diminution des dépenses publiques, sociales et des collectivités locales, il risque de faire replonger l’économie française et de démanteler les services publics et le système de protection sociale, qui ont pourtant permis d’amortir les effets de la crise.



  Derniers articles  
  4/01/2019 : Ensemble, rétablissons l’ISF ! Pour un referendum d’initiative partagée - 18/12/2018  
  21/12/2018 : Le Parti socialiste salue le Pacte mondial sur les migrations - 18 décembre 2018  
  17/12/2018 : COP24 : le strict minimum – et même moins – et une France aux abonnés absents - 16/12/2018  
  16/12/2018 : le Parti socialiste propose un autre plan ! - 12/12/2018  
  16/12/2018 : Les socialistes déposent une motion de censure contre le gouvernement - 11/12/2017  
  16/12/2018 : Déclaration universelle des droits de l’homme : 70 ans et une époque qui la met au défi - 10/12/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET