Articles > Les élections > Elections (archives) > Elections régionales - mars 2010 (Lorraine)

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Un nouveau pas contre la fraude fiscale - 07/05/2015  
  Popularité 97 % : Bye Bye Barroso - 30/10/2014  
  Popularité 70 % : Tribune de l’Opposition « Attendez 15 ou 20 ans » ... et puis quoi encore ? - 03/2019  
  Popularité 70 % : Etats généraux de l’Economie sociale et solidaire (ESS) - 17/06/2011  
  Popularité 70 % : Mai 2009 : le bilan s’alourdit encore pour l’emploi - 26/06/2009  
  Popularité 70 % : Le Parti socialiste propose une contribution climat énergie universelle - 02/07/2009  
     

L’intervention de Jean-Pierre Liouville - Neuves-Maisons - 24/01/2009

Voici le discours de Jean-Pierre Liouville, Vice président du Conseil régional prononcé dimanche 24 janvier à Neuves-Maisons, lors de la Convention régionale socialiste, prélude au lancement de la campagne électorale des régionales.

Chers amis,
Chers camarades,

C’est avec un immense plaisir mais aussi le sentiment d’une très grande fierté que j’ai le plaisir, au nom de mes camarades, de vous présenter le bilan de notre mandature.

Dans ce moment particulier qui nous réunit aujourd’hui - celui du lancement officiel de la campagne électorale de Jean-Pierre Masseret et de toute son équipe - je me réjouis, cher François, de ta présence avec nous, avec tous les socialistes, à Neuves-Maisons. Il y a 6 ans, tu étais déjà à nos côtés avec le résultat que l’on sait. Tous les militants te remercient de nous renouveler ton soutien en étant, à nouveau, à nos côtés. Ta présence apportera, j’en suis sûr un dénouement aussi positif qu’en 2004 !

Pour en arriver là, camarades, la route va être longue ; nous allons devoir remettre l’ouvrage sur le métier. Je n’en doute pas, chacun de vous, ici, aime les joutes électorales et si vous le voulez, chers camarades, si nos concitoyens veulent bien nous renouveler leur confiance, ensemble, nous continuerons d’œuvrer pour le destin et la vie des Lorraines et des Lorrains.

Nous avons de l’énergie à revendre, et de l’énergie, il va nous en falloir encore plus dans les semaines qui viennent. La partie s’annonce rude, nous allons devoir nous battre, devoir lutter, devoir argumenter, devoir soutenir des débats contradictoires et peut-être violents. En somme, nous allons devoir convaincre que c’est Jean-Pierre Masseret et son équipe qui incarnent le mieux « la Lorraine de demain ». Ensemble, nous allons devoir soulever la mobilisation autour de Jean-Pierre Masseret dans chaque département lorrain. J’emploie le verbe devoir à dessein car pour nous, socialistes, c’est un devoir que d’agir pour le mieux-vivre de nos concitoyens.

Souviens-toi, François, tu disais, en 2004, « il ne s’agit pas de donner une sanction, ou simplement d’appeler au civisme, je veux que la gauche soit utile au pays, soit utile à nos concitoyens ».

C’est ce que toutes les régions de gauche ont fait. C’est ce que Jean-Pierre Masseret a fait, en Lorraine, avec sa majorité issue des urnes en 2004. Nous avons été utiles au pays, dans notre territoire.

Mon intention, ce matin, n’est pas de vous présenter l’action régionale sous la forme d’un catalogue de dispositifs ou d’actions superposées ; pour cela, il existe des documents, notamment « Les 100 preuves » que tous les Lorraines et Lorrains ont eu dans leur boîte aux lettres. Non, je suis persuadé que la campagne qui se profile se jouera en grande partie sur la capacité de chacun d’entre nous, militant du Parti Socialiste, à pouvoir expliquer autour de lui en quoi l’action de la majorité régionale, et des socialistes en particulier, sans qui rien n’aurait pu être voté, conduite par Jean-Pierre Masseret, a constitué une rupture radicale par rapport aux majorités de droite précédentes.

Ce que je vais vous montrer : en quoi l’action que nous avons menée est d’une part, radicalement de gauche, et, d’autre part, radicalement au service de l’esprit régional.

En clair, pendant 6 ans, et en tenant compte des contraintes que nous a imposées le gouvernement, notamment en matière fiscale et budgétaire, nous avons tout fait pour traduire en actions ce en quoi nous croyons en tant qu’hommes et femmes de gauche, sans oublier l’esprit de notre mandat, c’est-à-dire la nécessité de promouvoir l’esprit et le fait régional.
*
En quoi l’action régionale que nous avons menée est estampillée « de gauche » ? Notre slogan de campagne, « ne laisser personne au bord du chemin », a été décliné en principes d’actions simples mais concrets et transversaux : favoriser le pouvoir d’achat pour créer des leviers ; favoriser l’emploi ; (et bien sûr) favoriser la proximité régionale

Notre principe d’action n° 1 a été de favoriser le pouvoir d’achat.
- Comment ? En agissant pour la gratuité scolaire et le soutien des familles : à l’exemple des bourses IFSI, bourses Sciences Po, du soutien aux lycéens (carte Multipass’), aux apprentis (premier équipement, restauration, hébergement, transport), en mettant en place un Fonds Social Lycéen (pour la restauration scolaire), en finançant « 1000 permis pour l’emploi ».
- Comment ? En agissant pour réduire les coûts de transport : les Tarifs Métrolor baissés de près de 50%, et même de 60% pour certains trajets, en initiant la Semaine de la Mobilité, Ski-Pass Vosges à 1 euro.
- Comment ? En agissant pour baisser les coûts des formations professionnelles. Le Dispositif FACE 3 permet un accompagnement de retour à l’emploi. Les stagiaires du Pôle Emploi sont soutenus financièrement notamment quand l’Etat se désengage.
- Comment ? En favorisant les projets individuels en créant des leviers financiers comme le Prêt à taux zéro, le soutien aux jeunes qui souhaitent s’installer en agriculture ou souhaitent reprendre une entreprise

Notre principe d’action n°2 a été de soutenir les employeurs et les entreprises.
En subventionnant l’embauche d’apprentis, en soutenant les plans de formation développés par les entreprises, en aidant les jeunes entrepreneurs dans leur installation, en soutenant la trésorerie des plus fragiles pour les aider à passer le cap de la crise ; en accompagnant les salariés en recherche d’emploi, en créant une boîte à outils régionale pour la formation et l’emploi, en soutenant l’emploi associatif grâce à Lorraine Emploi pour leur assurer la pérennité des emplois associatifs, en mettant en place des actions de transition professionnelle pour éviter la case chômage.

Notre Principe d’action n°3 a été de favoriser la proximité de l’action. Au-delà de la présence continue et permanente des élus de la majorité sur le terrain, la proximité de l’action régionale repose sur :
- être toujours aux côtés des salariés en difficultés ! Avec ceux de la cokerie, de TDF, de FranceTransfo, et j’en passe.
- agir en cohérence avec les besoins des territoires, des bassins et des Lorrains, en mettant en place des contrats d’objectifs pour adapter l’offre de formation aux besoins des entreprises, le Plan Régional des Formations, les écoles de la deuxième chance (dont certains, et vous venez d’en avoir un exemple, veulent s’approprier l’initiative), une Carte des Formations en cohérence avec les besoins des entreprises. Nous avons accompagné les communes et la vie locale en soutenant fortement les associations quand, encore une fois, l’Etat les abandonne ; en misant sur les projets communaux de vie.
- Nous avons recouru à des outils et évènements permettant de rapprocher l’institution régionale des Lorrains avec le village de la formation, « l’espace mobile à la rencontre des Lorrains » ou la mise en place de plateformes internet comme Lorfolio.

Tous les membres d’une famille lorraine sont touchés au quotidien par l’action régionale ! C’est bien une preuve de notre proximité d’action !
Prenons une famille classique, c’est un exemple. Le père est chef de chantier dans le BTP. Son entreprise vient de décrocher un nouveau marché grâce au coup de pouce que la région a initié pour faire face à la crise. Son épouse travaille dans une association. Cette année, grâce au soutien accru de la région aux associations, elle évitera de passer par la case chômage. En parallèle, elle suit une formation à 30 km de son domicile. Pour s’y rendre, elle prend le Métrolor et bénéficie des réductions proposées par la région. Le fils, 16 ans, est lycéen et a pu obtenir ses manuels scolaires grâce à sa carte multipass, sans débourser un centime, mais en plus qui lui a donné la possibilité de pratiquer son activité sportive favorite. Sa sœur ainée suit des études d’infirmière. Elle a obtenu un prêt à taux 0 pour couvrir ses frais de scolarité, et en plus, la région lui a donné un coup de pouce pour passer son permis de conduire. La petite sœur peut désormais manger à la cantine de l’accueil périscolaire qui a été financée par la région. Ainsi sa mère peut aménager son temps de travail pour sa formation.

Je pourrais donner d’autres exemples de l’implication de la région dans le quotidien de chaque Lorrain mais je voudrais en venir à cette question essentielle : en quoi l’action régionale a favorisé l’esprit régional et l’esprit lorrain ?
La région soutient l’aménagement du territoire, de tous les territoires pour donner une unité territoriale, en développant les transports ferroviaires, en développant les grandes infrastructures (LGV, Vandières, Pôles de compétitivité), en accompagnant les projets communaux.
La région favorise l’image de la Lorraine en soutenant l’histoire, le patrimoine et la culture de la Région. Elle agit en faveur du tourisme, fait rayonner son dynamisme grâce à des actions comme « a chacun sa Lorraine », « Mylorraine » ou des manifestations internationales comme Mondial Air Ballons ; elle apporte son appui par l’aide à la culture, les aides cinématographiques, les aides aux sportifs et clubs sportifs de haut niveau qui sont une véritable vitrine régionale.
Encore une fois, nous agissons pour fédérer tous les acteurs (du moins ceux qui souhaitent participer…) : en matière de formation, tous les acteurs ont été associés aux actions de la Région si bien que nous avons créé une sorte de combat régional pour la formation ! En rassemblant et en activant les Réseaux associatifs, nous sommes tous les jours en concertation avec les acteurs pour la mise en place de Schémas territoriaux d’actions.
L’esprit lorrain c’est l’esprit d’ouverture, l’Europe. Nous soutenons les travailleurs frontaliers, avons mis en place un schéma de mobilité transfrontalière, certes imparfait car trop récent, et ce n’est que le début. Nous soutenons le réseau EURES ; sommes acteurs essentiels pour la Coopération culturelle transfrontalière, et nous l’avons montré dans le cadre de « Luxembourg et Grande Région, capitale européenne de la culture.

J’en ai oublié et vous me pardonnerez, tellement notre action a été dense. Près de 15000 décisions par an ont été prises depuis 2004. Rien à voir avec l’inactivité de nos prédécesseurs qui veulent revenir.
Grâce à notre action, vous voyez, nous participons directement à l’amélioration du pouvoir d’achat des Lorrains, tandis que l’Etat étouffe ce pouvoir d’achat.
C’est cette politique volontariste, au plus près des préoccupations de nos concitoyens, là où l’Etat a échoué, que le gouvernement et le chef de l’Etat veulent nous retirer.
La réforme des collectivités territoriales, telle que prévue par le gouvernement, est un coup d’arrêt brutal à la politique ambitieuse et réussie des régions.
C’est une atteinte à la démocratie, à l’autonomie des collectivités territoriales, pourtant inscrite dans la Constitution.
C’est surtout la volonté de la droite libérale de casser la réussite des régions et des départements de gauche dans le domaine des services à la personne, du souci du service public, là où la politique gouvernementale a lamentablement échoué.

Un mot sur les impôts régionaux.
Il nous faut d’abord expliquer que ce sont uniquement ceux qui sont propriétaires, soit d’un terrain, soit d’une habitation, qui payent l’impôt à la région. Ceux qui ne sont que locataire ne payent rien à la région !
Par contre les prestations, elles, s’adressent à tout le monde !
Alors, oui, nous avons augmenté les impôts de près de 40% en 6 ans ! Cela représente, mes camarades, 21 euros, soit 3,5 euros par an !!! Et la droite en fait et en fera un de ses principaux axes de bataille. Dans le fameux livre noir, véritable torchon mensonger, ils s’en donnent à cœur joie sur ce sujet. C’est leur seul argument !

Le succès de la politique menée par les régions et départements à gouvernance majoritaire socialiste est insupportable pour ce gouvernement et ce chef de l’Etat.

Alors il nous faudra expliquer, mes camarades, en Lorraine, comment les quatre têtes de listes départementales UMP qui sont des parlementaires et qui votent à Paris la casse territoriale, le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, la privatisation voire la disparition des services publics, la fin des subventions à la vie associative, comment feront-ils pour maintenir la qualité des services dans les lycées, l’aide à la vie associative, culturelle et sportive, l’aide aux projets communaux, notamment en milieu rural. Ce serait catastrophique pour la Lorraine.
Rien de ce qui a été fait au Conseil Régional n’a pu se faire sans l’aval des conseillers régionaux socialistes. Y compris dans le cadre du développement durable et des économies d’énergie. L’accord avec les bailleurs sociaux concernant les aides à la construction de logements sociaux pour les économies d’énergie afin que les locataires payent moins de charges, en est un exemple.

Pour l’avenir de la Lorraine, pour le bien être de nos concitoyens, il nous faut poursuivre et amplifier cette politique.

Pour cela, nous devons gagner, pour que les régions et notamment la Lorraine soient un bouclier contre cette politique dévastatrice de la droite
Il y a un siècle, jour pour jour, le 24 janvier 1910, Jean Jaurès s’exprimait à la Chambre des députés, dans son fameux discours « Pour la laïque » qui est resté dans l’Histoire comme référence philosophique et cas d’école. Il disait, et nous pourrions aujourd’hui, adresser cette phrase à l’encontre de la droite au pouvoir : « C’est nous qui sommes les vrais héritiers du foyer des aïeux ; nous en avons pris la flamme, vous n’en avez gardé que la cendre ». J’ai montré que nous avions la flamme ; la flamme pour améliorer le quotidien des gens. J’ai montré aussi que les exécutifs de droite ne nous laissent que des cendres et les yeux pour pleurer ! Quand la gauche construit un avenir meilleur, protège les plus humbles, la droite, une fois au pouvoir, cherche à détruire ces avancées. Ce n’est pas un paradoxe ni une fatalité, elle porte cela dans ses gênes !
C’est à nous, socialistes, de l’empêcher. Gardons les rênes de la Lorraine pour conserver, poursuivre et amplifier ce que nous, socialistes, avons mis en place pendant six ans. Car oui, la gauche a été, durant le mandat qui s’achève, utile à notre région ; car oui, la gauche, les socialistes ont été utiles à nos concitoyens.

Nous, en Lorraine, nous sommes fiers du travail qui a été accompli et du bilan partagé. Ce mandat qui s’achève a été un mandat utile qui s’est inscrit dans la proximité avec nos concitoyens. Nous n’avons rien promis en 2004 qui n’ait été réalisé à ce jour. Pas comme un certain Chef de l’Etat qui a cru pouvoir se reposer sur les vertus durables du mensonge mais qui apprend à ses dépens que les promesses n’engagent pas que ceux qui les écoutent. Souvenez-vous de Gandrange…
Vous le voyez, chers camarades, nous aurons beau affirmer que notre bilan est bon, que nous en sommes fiers, il nous reste, à partir d’aujourd’hui, et jusqu’au terme de cette campagne, un sacré boulot à faire. Il nous faudra battre la campagne, faire du porte à porte dans les immeubles, discuter longuement avec certains indécis quand d’autres nous dirons : « à quoi bon voter ? ». Et bien non, ce sont ces derniers qu’il faudra aussi emmener vers nous. C’est à eux qu’il faudra expliquer que tous les progrès sociaux sont toujours apportés par la gauche, quand les socialistes gouvernent. A la Région, c’est pareil. Car un mandat, vous avez compris, ça ne suffit pas, car nous n’avons pu poser que les jalons d’un meilleur bien-être des Lorrains. Il nous faut poursuivre et amplifier pour offrir à nos jeunes un avenir plus solide face à un gouvernement qui les exclut. Il nous faut poursuivre et amplifier pour garantir aux salariés lorrains, abandonnés par l’Etat, que nous serons toujours à leurs côtés. Il nous faut poursuivre et amplifier la préservation environnementale que nous avons engagée bien avant le Grenelle. Il nous faut poursuivre et amplifier les actions de prévention et de protection, que ce soit en direction de nos anciens ou de la petite enfance. L’Etat casse le système de soins, casse la protection sociale, abandonne les services publics, veut faire disparaître les collectivités locales en recentrant tous les pouvoirs. Notre démocratie est dangereusement fragilisée. Si l’on n’y prend garde, elle disparaîtra sans que nos concitoyens s’en rendent compte.
C’est à nous, chers camarades, de tout faire pour la préserver. Toutes les régions devront rester à gauche, la Lorraine devra rester à gauche. Georges Bernanos a dit : « L’avenir est quelque chose qui se surmonte, on ne subit pas l’avenir, on le fait ». Et bien, emparons-nous de cet avenir, avec le cœur, avec la vie, avec l’action, et nous réussirons la Lorraine de demain, radicalement.

Je vous remercie.
Par Jean-Pierre Liouville - Publié dans : Région Lorraine



  Derniers articles  
  13/03/2019 : Le Parti socialiste lance ses propositions pour une Europe féministe - 08/03/2019  
  13/03/2019 : Le Parti socialiste fait du « bien manger » un enjeu majeur de notre société - 05/03/2019  
  13/03/2019 : La lettre d’Emmanuel Macron : des mots pour le dire, des actes pour se dédire - 05/03/2019  
  9/03/2019 : Tribune de l’Opposition « Attendez 15 ou 20 ans » ... et puis quoi encore ? - 03/2019  
  5/03/2019 : Le Parti socialiste saisit le CSA sur les atteintes au pluralisme - 25/02/2019  
  5/03/2019 : Algérie : le Parti socialiste solidaire des aspirations au changement - 04/03/2019  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET