Articles > Les Elus de Gauche (en Meuse, en Europe) > Conseil départemental de la Meuse > Questions écrites, orales, voeux & interventions > Année 2009 > Séance du 15 octobre 2009

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Un nouveau pas contre la fraude fiscale - 07/05/2015  
  Popularité 97 % : Bye Bye Barroso - 30/10/2014  
  Popularité 70 % : Tribune de l’Opposition « Attendez 15 ou 20 ans » ... et puis quoi encore ? - 03/2019  
  Popularité 70 % : Etats généraux de l’Economie sociale et solidaire (ESS) - 17/06/2011  
  Popularité 70 % : Mai 2009 : le bilan s’alourdit encore pour l’emploi - 26/06/2009  
  Popularité 70 % : Le Parti socialiste propose une contribution climat énergie universelle - 02/07/2009  
     

Transports scolaires - RC - 15/10/2009

Roland Corrier, au nom du Groupe des Elus de Gauche - Séance Plénière du 15 octobre 2009

Transports scolaires

Au cours de ces dernières semaines, chacun de nous a été régulièrement interpellé au sujet des transports scolaires.

Différents problèmes ont été relevés et transmis au service transports
- Les horaires d’arrivée des derniers bus passant à Longeville sont particulièrement tendus pour pouvoir arriver à l’heure dans les établissements, surtout quand il s’agit de reprendre la navette vers la Côte Ste Catherine (collège Prévert & Lycée Zola).
- L’information insuffisante des différents partenaires, surtout lorsque des changements d’horaires ont été mis en place,

Mais c’est surtout la nouvelle organisation des transports qui déconcerte nos concitoyens.

En effet, les utilisateurs ne comprennent pas pourquoi certains bus peuvent passer avec à leur bord très peu de passagers et que ces bus ne sont pas autorisés pour le transport des élèves alors que des bus complémentaires ont du être affrétés pour transporter exclusivement des élèves.

C’est le cas le matin pour rejoindre Bar-le-Duc, mais c’est surtout l’après-midi, lorsque des élèves n’ont plus cours ; ils doivent alors attendre à la gare routière la navette « réservée aux scolaires ».
Bien évidemment, ce que j’ai évoqué plus haut doit être entendu pour l’ensemble du département.

Aussi, Monsieur le Président, nous vous demandons de bien vouloir rétablir l’accueil gratuit des élèves dans tous les bus et de ne plus faire une distinction entre les bus dits « de ligne » et les bus dits « scolaires ».
Cette mesure serait particulièrement bien accueillie par les utilisateurs et nos concitoyens. De plus, elle doit pouvoir réduire les coûts de transport à la charge de notre département.

C’est d’ailleurs la gratuité totale des transports scolaires que nous réclamons à nouveau. Alors qu’un tiers environ des départements assurent la gratuité des transports scolaires, plusieurs l’ayant mise en place à la rentrée 2009 (citons l’Ain, la Dordogne, la Drome, l’Isère, le Lot-et-Garonne, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Saône, la Seine-et-Marne), la Meuse se distingue en rendant désormais payant l’accès à un service dégradé ! Un mois et demi après la rentrée scolaire, pouvez-vous, Monsieur le Président, nous démontrer un intérêt de cette nouvelle carte payante ? »


Réponse et débat en séance
M. LE PRÉSIDENT : La parole est à M. CANOVA.

M. CANOVA : En ce qui concerne l’ouverture des lignes régulières des transports aux scolaires, nous avions décidé dans le schéma des transports d’appliquer une nouvelle politique. L’objectif vise à rendre le service de nouveau attractif pour la clientèle domicile-travail, ce qui n’était plus le cas ces dernières années, notamment du fait d’une "scolarisation" des lignes.

Les résultats obtenus sur le premier mois sont encourageants. Nous enregistrons une progression de 30 % des recettes sur certaines lignes. Nous avons reçu le témoignage fort d’un collectif d’usagers qui est satisfait de la ligne 2 Bar-le-Duc/Verdun.

Nouvelle alternative au transport, l’effort doit être maintenu.

Pour ce qui est de la gratuité, la participation familiale n’est pas à remettre en cause. Elle a d’ailleurs été plutôt bien accueillie par les familles. Toutes les personnes que j’ai rencontrées m’ont dit que nous avions bien fait ; d’ailleurs, elle a même été positive, puisque nous avons délivré environ 2 000 cartes de transports en moins. C’est dire que des personnes prenaient la carte alors qu’elles n’en avaient pas besoin. Cela nous a évité x carences. La différence entre prendre la voiture et les 30 euros annuels que coûte la carte n’est pas ce qui fait opter les gens qui circulent pour un autre mode de transport autre que le bus.

M. CORRIER : Des personnes optent pour le covoiturage, parce qu’ils regrettent que le service ne corresponde pas à leur attente. Je suis d’accord avec vous, ils font un mauvais calcul – je suis entièrement d’accord.

M. CANOVA : Je suis heureux de vous l’entendre dire.

M. LE PRÉSIDENT : La parole est à M. CORRIER.

M. CORRIER : Le covoiturage n’est pas une bonne solution alors que le transport existe. Je me suis rendu à la gare multimodale. J’ai assisté aux départs et aux arrivées. J’ai été très présent, auprès des chauffeurs, auprès des parents et des élèves. J’ai également rencontré les chefs d’établissement. Je vous assure que l’effet est désolant. Le Conseil Général ne donne pas une bonne image. Les gens ne comprennent pas pourquoi des bus passent à vide et ne prennent pas d’élèves alors que des surcharges régulées pourraient être possibles – on demande aux enfants de rester dans la limite des places autorisées dans les bus et de prendre le suivant. Entre 15 heures et 17 heures, tous les jours, on voit des enfants qui battent le pavé à la gare multimodale. Ce n’est pas normal. Nous ne comprenons pas.

M. MARTIN : Étiez-vous là pour expliquer et défendre le Conseil Général ou plutôt pour attiser la flamme ?

M. CORRIER : Je l’ai dit dans d’autres instances : l’élu doit être là lorsque les situations sont difficiles, et d’abord être à l’écoute de ses concitoyens. Il n’est pas là pour mettre le feu, mais pour écouter et rapporter à qui de droit, ce que je n’ai pas manqué de faire – je prends à témoin Mme AUBRY qui m’a vu plusieurs fois ici. Quand je rapporte ce que j’ai entendu sur le terrain, jamais je n’ai été agressif. Madame AUBRY, je vous demande de confirmer mes dires. Vous avez été témoin, avec moi, un matin à Longeville : nous avons regardé comment les choses se passaient. Vous m’avez vu également à la gare multimodale et dans les services. Jamais je n’ai rapporté quelque chose d’agressif à l’encontre du Conseil Général. Cela dit, il faut entendre ce que disent les gens. C’est dans mon rôle d’élu que de le rapporter ici.

M. LE PRÉSIDENT : Je vous remercie.



  Derniers articles  
  13/03/2019 : Le Parti socialiste lance ses propositions pour une Europe féministe - 08/03/2019  
  13/03/2019 : Le Parti socialiste fait du « bien manger » un enjeu majeur de notre société - 05/03/2019  
  13/03/2019 : La lettre d’Emmanuel Macron : des mots pour le dire, des actes pour se dédire - 05/03/2019  
  9/03/2019 : Tribune de l’Opposition « Attendez 15 ou 20 ans » ... et puis quoi encore ? - 03/2019  
  5/03/2019 : Le Parti socialiste saisit le CSA sur les atteintes au pluralisme - 25/02/2019  
  5/03/2019 : Algérie : le Parti socialiste solidaire des aspirations au changement - 04/03/2019  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET