Articles > A lire > Droits de l’Homme (et de l’enfant)

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Agenda de la semaine du 14 au 18 mai  
  Popularité 100 % : Dieue : carte du canton  
  Popularité 100 % : Bar-le-Duc 1 : les candidats et le canton  
  Popularité 100 % : Revigny - pour joindre les candidats  
  Popularité 100 % : Résultats du 1er tour (10 juin 2012) - nord meusien  
  Popularité 100 % : Les Conseillers départementaux du Groupe des Elus de Gauche - 04/2015  
     

Mort et sévices à Fleury-Mérogis : fermer les yeux serait intolérable ! - 28/07/2009

Communiqué de Marie Pierre de la Gontrie, Secrétaire nationale aux libertés publiques et à la justice

Mort et sévices à Fleury-Mérogis : fermer les yeux serait intolérable !

Le journal Le Monde fait état de faits d’une particulière gravité et de nature à mettre en cause plusieurs gardiens de la prison de Fleury-Mérogis, la mort du détenu Denis Ardon, le 25 août 2007, ainsi que des sévices infligés à un détenu témoin des faits pendant plusieurs semaines, au cours desquels il tentera à 3 reprises de se suicider.

Déjà la commission nationale de déontologie de la sécurité avait, sur saisine du sénateur Badinter, rendu un avis sévère, non publié, le 15 décembre dernier, faisant état d’une succession de déficiences dont était résulté ce décès.

Une instruction partielle est en cours et doit établir l’exactitude des faits qui, s’ils étaient confirmés, devront être poursuivis et sanctionnés sans faiblesse, tant par la voie pénale que par la voie disciplinaire.

La prison doit cesser d’être un monde de non-droit et si les conditions de travail des personnels sont souvent difficiles, les conditions de vie des détenus ne sont pas acceptables : « une honte pour notre République » disait le président de la République lui-même devant le congrès réuni à Versailles, il y a quelques jours seulement.

Ce sera l’enjeu majeur du débat sur la loi pénitentiaire enfin inscrit le 14 septembre à l’Assemblée Nationale.

Qu’il s’agisse des conditions du décès de Denis Ardon, comme des sévices subis ensuite par ce détenu témoin, le Parti socialiste demande à la Garde des Sceaux et à la justice que toute la lumière soit faite, rapidement et de manière incontestable.

Cette information judiciaire doit donc être sans délai élargie par le parquet d’Evry aux faits de sévices dont ce témoin fait état.

Fermer les yeux sur de telles accusations serait intolérable.



  Derniers articles  
  4/01/2019 : Ensemble, rétablissons l’ISF ! Pour un referendum d’initiative partagée - 18/12/2018  
  21/12/2018 : Le Parti socialiste salue le Pacte mondial sur les migrations - 18 décembre 2018  
  17/12/2018 : COP24 : le strict minimum – et même moins – et une France aux abonnés absents - 16/12/2018  
  16/12/2018 : le Parti socialiste propose un autre plan ! - 12/12/2018  
  16/12/2018 : Les socialistes déposent une motion de censure contre le gouvernement - 11/12/2017  
  16/12/2018 : Déclaration universelle des droits de l’homme : 70 ans et une époque qui la met au défi - 10/12/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET