Articles > A lire > International, exil & immigration > International

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Adresse des élus socialistes au Président de la République - 29/08/2017  
  Popularité 100 % : Elections municipales - mars 2014 (2ème tour)  
  Popularité 100 % : Intervention du président de la République : la démocratie, bouclier contre le terrorisme - 26 juillet 2016  
  Popularité 100 % : Les mauvais calculs de Fadela Amara - 11/02/2010  
  Popularité 100 % : Le PS et la Contribution Climat Energie - 28/07/2009  
  Popularité 100 % : Un budget responsable maintenant plutôt qu’un jeu politicien - 09/08/2011  
     

En Martinique comme ailleurs, le peuple doit avoir le dernier mot - 26/06/2009

Communiqué d’Axel URGIN, Secrétaire national à l’Outre-mer

En Martinique comme ailleurs, le peuple doit avoir le dernier mot

Suite aux déclarations que vient de faire le président de la République sur son intention de consulter les Martiniquais, le Parti socialiste rappelle sa position de principe, favorable à l’autonomie des régions d’outremer qui le souhaiteraient et respectueuse des autres aspirations comme à la Réunion.

C’est pourquoi, pour la première fois sous la Vème République, en 2000, il avait fait inscrire dans la loi, le droit à l’évolution différenciée des régions d’outremer et le principe du référendum local. Ces dispositions, alors combattues par la droite, sont aujourd’hui dans la Constitution.

Le Parti socialiste prend acte de la position de principe du chef de l’Etat de répondre enfin favorablement à la demande quasi unanime des élus du congrès de la Martinique d’enclencher le processus d’évolution statutaire en vue d’un référendum local.

Il rappelle que la réussite d’un tel processus suppose qu’à la différence des référendums de 2003, la consultation soit claire et loyale, et qu’en tout état de cause, le dernier mot devra revenir à la population.

Il lui demande également de respecter les résolutions du congrès de la Guadeloupe qui, à l’inverse de celui de la Martinique, a demandé le respect du calendrier des élections régionales et cantonales, et a adopté le principe d’un moratoire institutionnel de 18 mois pour permettre l’élaboration d’un projet guadeloupéen.

Le Parti socialiste rappelle enfin l’urgence d’apporter des réponses immédiates à la grave crise économique et sociale que connaissent les Antilles, la question institutionnelle, pour importante qu’elle soit, ne devant pas être le prétexte pour l’exécutif de renier ses engagements



  Derniers articles  
  21/08/2019 : Rapport Delevoye : sans clarté sur les choix essentiels, la réforme Delevoye est un jeu de dupes - - 18/07/2019  
  21/08/2019 : HONG KONG : le Parti socialiste appelle la Chine à la retenue et au dialogue - 14/08/2019  
  21/08/2019 : TURQUIE : le Parti socialiste condamne les dernières arrestations de maires kurdes - 20/08/2019  
  7/08/2019 : L’Est Républicain est venu à notre rencontre  
  7/08/2019 : 2ème rencontre - Rue Montant & plateau de Véel : mercredi 21 Août 2019  
  7/08/2019 : 2ème rencontre à Libération - Fédération les 22 et 23 Août 2019  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET