Articles > Les Elus de Gauche (en Meuse, en Europe) > Conseil départemental de la Meuse > Questions écrites, orales, voeux & interventions > Année 2009 > Séance des 08 & 09 juillet 2009

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Cantons renouvelables en mars 2011 (et les candidats)  
  Popularité 100 % : Réunions publiques  
  Popularité 46 % : Bar-le-Duc 1 : rassemblement "La Meuse au Coeur"  
  Popularité 23 % : Economie réelle : Les propositions socialistes pour la filière automobile - 03/2009  
  Popularité 23 % : Déclaration de Laurent Wauquiez : les bénéficiaires du RSA ne sont pas des fainéants mais bien les victimes de sa politique - 09/05/2011  
  Popularité 23 % : Plan jeunes : tout ça pour ça - 29/09/2009  
     

Fédération des Centres sociaux de la Meuse - DL - 09/07/2009

Daniel LHUILLIER, Au nom du Groupe des Elus de Gauche, Séance Plénière du 8 juillet 2009

Fédération des Centres sociaux de la Meuse

Suite à l’Assemblée générale de la Fédération des Centres Sociaux de Meuse et à la lecture de son dernier bulletin, la Fédération nous interpelle sur les points suivants :

1 – en terme d’aide : l’arrêt du financement au 1er janvier 2009 de la coordination de l’accompagnement à la scolarité et du poste d’animateur basé à la Cité Verte à Verdun ; la baisse importante du financement dans le cadre du Plan Départemental d’Insertion (- 10 % pour les Centres, - 50 % pour la Fédération).

2 – en terme de gouvernance : ces décisions ont été prises par le Conseil Général sans concertation, et donc sans considération pour les actions menées.

Je rappelle que les Centres Sociaux en Meuse, ce sont 9 centres associatifs qui rayonnent sur des territoires concernant 1/3 des Meusiens, 19 400 journées-enfants en Centres de Loisirs, 150 administrateurs bénévoles, 82 salariés permanents, ....

Nous voudrions savoir, Président, quelle place vous reconnaissez aux Centres Sociaux dans l’action sociale départementale, et quel avenir auront les moyens mis à leur disposition ?


réponse apportée (en séance) par le Vice-Président, Jean-François Lamorlette

Dans le contexte budgétaire très difficile !de notre collectivité et au vu des nombreuses compétences dans le domaine social qui sont attribuées ou transférées par l’État aux Conseils Généraux (MASP, RSA pour les dernières), il a été nécessaire de faire des priorités dans l’action départementale et de concentrer les interventions de la collectivité sur ses missions obligatoires.

Les CLAS

Ce dispositif permet un accompagnement à la scolarité pour les enfants qui sont le plus en difficulté. Il est intéressant dans la mesure où il permet de se substituer à la carence des parents dans le soutien scolaire qu’ils pourraient apporter à leurs enfants.
Cependant, la scolarité relève avant tout de l’État alors même que l’Inspection d’Académie, saisie à plusieurs reprises par la Direction de la Solidarité, a toujours refusé d’apporter son soutien financier à ce dispositif.

Il faut aussi noter qu’à l’occasion de la réforme des rythmes scolaires, l’Éducation Nationale a déployé un dispositif de soutien scolaire qui ne justifie plus le maintien dans toute leur étendue, des dispositifs extra-scolaires mis en place par les collectivités

Le poste d’éducateur au centre social de la cité verte

Si les textes législatifs prévoient qu’il revient aux départements de mettre en place des actions de prévention spécialisée, aucun niveau minimum d’intervention n’est exigé. De plus, si ce type d’action ne peut être que positif dans la prévention de la protection des jeunes, il n’a jamais pu être démontré qu’il avait de réel résultat.
Dans la mesure où le Conseil Général soutient déjà un poste d’éducateur dans le quartier de la cité verte et salarié de l’Association Meusienne de Prévention, le choix a été fait de ne pas maintenir un second poste sur ce même quartier.

La reconnaissance des centres sociaux

Le Conseil Général a toujours affirmé la place prépondérante des centres sociaux qui sont souvent les derniers acteurs à intervenir sur des territoires ruraux. Ils ont un rôle particulièrement important pour maintenir la cohésion sociale compte-tenu de leur grande proximité avec le public.
A plusieurs reprises, le Conseil Général a clairement indiqué qu’il tenait à s’appuyer sur ces structures pour mener au mieux ses politiques sociales : schéma départemental de l’enfance 2006-2010, PDI...
Le BP 2009 démontre d’ailleurs cet état d’esprit puisque le Conseil Général a maintenu ses subventions à l’ensemble des centres sociaux pour les missions qu’il estime primordiales dans un contexte budgétaire difficile qui a contraint la collectivité à réduire son soutien auprès d’autres acteurs sociaux jugés moins prioritaires.



  Derniers articles  
  12/04/2019 : Cessez d’affaiblir l’école républicaine M. Blanquer ! - 28 mars 2019  
  12/04/2019 : Santé environnementale, l’Europe doit agir maintenant ! - 07/04/2019  
  12/04/2019 : Soudan : le Parti socialiste est solidaire du combat pacifique du peuple soudanais - 12/04/2019  
  12/04/2019 : Monsanto-Bayer condamné, interdisons le glyphosate sans attendre - 12/04/2019  
  12/04/2019 : Justice sociale, santé, climat : nos combats communs pour l’Europe  
  3/04/2019 : Tribune de l’Opposition « 04/2019 - "Beaucoup d’annonces et c’est tout !" - 04/2019  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET