Articles > Les Elus de Gauche (en Meuse, en Europe) > Conseil départemental de la Meuse > Questions écrites, orales, voeux & interventions > Année 2008 > Séance du 20 novembre 2008

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Agenda de la semaine du 14 au 18 mai  
  Popularité 100 % : Dieue : carte du canton  
  Popularité 100 % : Bar-le-Duc 1 : les candidats et le canton  
  Popularité 100 % : Revigny - pour joindre les candidats  
  Popularité 100 % : Résultats du 1er tour (10 juin 2012) - nord meusien  
  Popularité 100 % : Les Conseillers départementaux du Groupe des Elus de Gauche - 04/2015  
     

Emplois et activités économiques en Meuse - DL - 20/11/2008

Vœu d’urgence déposée par Daniel Lhuillier au nom du Groupe des Elus de Gauche - séance plénière du Conseil général le 20 novembre 2008

Emplois et activités économiques en Meuse

Lors de notre dernière session, nous nous étions tous inquiétés des risques de répercussions graves de la crise financière sur la sphère de l’économie réelle dans notre département. Malheureusement, les faits récents semblent confirmer les importantes difficultés auxquelles font face les entreprises meusiennes.

Le canton de Gondrecourt est à nouveau durement touché par ces turbulences. L’entreprise Céréda, entreprise meusienne bien connue dans le BTP, après un espoir de reprise, a été déclarée en liquidation judiciaire avec arrêt immédiat de l’activité. Avec ce dépôt de bilan, ce sont 72 salariés qui vont se trouver sans emploi, sans compter les emplois induits pour les entreprises qui travaillaient en partenariat avec Céréda.

La presse se fait régulièrement l’écho des difficultés d’autres entreprises meusiennes (hier encore Sodétal), tant dans le domaine de l’artisanat que de l’activité industrielle. La DDTEFP reçoit depuis plus d’un mois de nombreuses demandes de chômage technique. En outre, les difficultés d’entreprises situées dans les départements limitrophes (Kléber, Miko,…) ont des répercussions et risquent de coûter plusieurs dizaines d’emplois meusiens. Le ralentissement à prévoir de l’investissement public accélèrera le phénomène.

La plate-forme emploi est notamment chargée du reclassement des personnes ayant été victimes de licenciements économiques. Pour reclasser, il faut cependant de l’activité. Monsieur le Président, pouvez-vous nous indiquer quelles sont les perspectives et quels moyens peuvent être mis à disposition par l’Etat et le Département :

- pour ces salariés, dont le profil professionnel n’est pas toujours facilement « reclassable » (mobilité, niveau de formation…), afin qu’ils puissent se réinsérer le mieux possible dans la vie professionnelle (formations, reconversions vers des secteurs plus recruteurs, reclassement immédiat dans d’autres entreprises, développement de la zone du laboratoire de Bure ?) ;

- envers les entreprises en difficultés, qui risquent de se trouver rapidement dans une situation de licenciement économique, voire de dépôt de bilan ?



  Derniers articles  
  4/01/2019 : Ensemble, rétablissons l’ISF ! Pour un referendum d’initiative partagée - 18/12/2018  
  21/12/2018 : Le Parti socialiste salue le Pacte mondial sur les migrations - 18 décembre 2018  
  17/12/2018 : COP24 : le strict minimum – et même moins – et une France aux abonnés absents - 16/12/2018  
  16/12/2018 : le Parti socialiste propose un autre plan ! - 12/12/2018  
  16/12/2018 : Les socialistes déposent une motion de censure contre le gouvernement - 11/12/2017  
  16/12/2018 : Déclaration universelle des droits de l’homme : 70 ans et une époque qui la met au défi - 10/12/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET