Articles > A lire > Emploi, chômage, dialogue social > Dans les entreprises

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : 5 minutes pour convaincre #10 - 28 mai 2017  
  Popularité 100 % : Elections départementales : résultats par canton (2ème tour)  
  Popularité 100 % : Le nombre de candidats aux concours de professeurs 2012, le déni de Luc Chatel - 22/07/2011  
  Popularité 100 % : Un budget responsable maintenant plutôt qu’un jeu politicien - 09/08/2011  
  Popularité 100 % : François Hollande : 01 mars 2012  
  Popularité 100 % : Conseil général - séance plénière du 30 octobre 2014  
     

Chômage en août 2008 : une forte hausse - 30/09/2008

Le 30 septembre 2008,

Communiqué du Bureau national : Chômage en août 2008 : une forte hausse

Le chômage a connu au mois d’août sa plus forte hausse depuis quinze ans, en augmentation de 2,2 % par rapport au mois de juillet, soit 41.300 chômeurs de plus. Ce sont les chômeurs de longue durée qui subissent la poussée la plus forte (+3,4 % pour ceux inscrits depuis plus d’un an et +3,8 % pour ceux inscrits depuis plus de deux ans), ainsi que les salariés de plus de 50 ans (+2,9 %).

Le gouvernement ne peut, comme il le fait, se dédouaner de sa responsabilité en imputant la hausse du chômage à la crise économique internationale, alors que ces chiffres datent du mois d’août, avant la propagation de la crise.

La population active ne croit plus que de 20.000 personnes par trimestre, contre 80.000 au début de la décennie, mais ce gouvernement réussit l’exploit de laisser repartir le chômage à la hausse. L’absence de soutien à l’investissement public et privé, l’incapacité à relancer la croissance et la consommation, et la dilapidation de toutes marges de manœuvre avec le paquet fiscal sont les principales causes de cette remontée du chômage.

Au-delà, il est manifeste que le dispositif de la loi TEPA sur les heures supplémentaires commence à produire ses effets néfastes sur l’emploi. Aucun autre pays ne connaît en effet un système dans lequel le recours aux heures supplémentaires revient moins cher à l’employeur que les embauches. Il est même certain qu’à l’avenir, l’utilisation de plus en plus massive de ce dispositif dans les entreprises produira des effets sans cesse plus graves sur l’emploi.

Enfin, alors que la situation économique se dégrade rapidement, le projet de loi de finances pour 2009 prévoit une baisse de 5,3 % des crédits du ministère de l’emploi et une réduction drastique du nombre d’emplois aidés, en baisse de 30 % d’ici 2009. Le gouvernement se prive ainsi de tout soutien à l’emploi, dans une période pourtant difficile.

Le Parti socialiste demande au gouvernement de cesser de se défausser de sa responsabilité sur la crise économique, et de se redonner des marges de manœuvre pour répondre aux difficultés du pays en annulant immédiatement le paquet fiscal.



  Derniers articles  
  23/05/2018 : Parcoursup : une loterie qui renforce les inégalités sociales - 22/05/2018  
  23/05/2018 : Nicolas Hulot, l’arbre qui cache une forêt de renoncements - 18/05/2018  
  23/05/2018 : Réforme de l’Etat : le Gouvernement doit changer de méthode - 18/05/2018  
  23/05/2018 : Réaction du Parti socialiste à la crise environnementale et sanitaire des « sargasses » - 16 mai 2018  
  16/05/2018 : Jeudi 17 mai sur France 2 : Olivier Faure vous donne rendez-vous  
  16/05/2018 : Réaction du Parti socialiste à la crise environnementale et sanitaire des « sargasses » - 16 mai 2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET