Articles > A lire > La Poste

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Installation le 20/03/2008  
  Popularité 84 % : Primaires : 20 septembre 2011  
  Popularité 71 % : La démocratie contre Monsanto - 12/11/2014  
  Popularité 71 % : OGM : le droit de dire NON enfin reconnu - 13/01/2014  
  Popularité 71 % : Décès de Christophe de Margerie - 21/10/2014  
  Popularité 71 % : Discours du président de la République : rien n’est impossible à une France rassemblée - 07/11/2013  
     

Changement de statut de la Poste : premier pas vers la privatisation - 10/07/2008

Paris, le 10 juillet 2008

Communiqué de Christian Martin, Secrétaire national aux services publics et à la fonction publique

Changement de statut de la Poste : premier pas vers la privatisation

Le Conseil d’administration de La Poste vient de confirmer la perspective d’une modification de son statut et de sa transformation en société anonyme. Ce projet, mené sans aucune concertation ni avec les élus, ni avec les organisations syndicales, constituerait une première étape vers la privatisation de la Poste en France.

Le Parti socialiste rappelle que ni les traités européens ni les institutions européennes n’imposent une modification du statut de La Poste. C’est donc par pur dogmatisme que le président de la République et le gouvernement veulent aujourd’hui pousser les feux d’une privatisation de l’entreprise postale.

Pour le Parti socialiste, dans le contexte européen de libéralisation des services, le maintien d’opérateurs publics est au contraire la garantie de l’égalité des citoyens et des territoires face aux services essentiels.

Au demeurant, il est inexact de prétendre que ce changement de statut serait nécessaire pour garantir la bonne santé financière de la Poste : La Poste se porte bien, comme en témoignent les 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 1 milliard de bénéfices, loin devant nombre de ses partenaires européens privatisés.

De surcroît, une privatisation de la Poste entraînerait à l’évidence une suppression de milliers d’emplois, un recul du service rendu à nos concitoyens, notamment pour les envois et services peu rentables, et une augmentation des tarifs, à l’image des expériences de privatisations étrangères.

Le Parti socialiste demande au gouvernement de s’opposer clairement à ce projet néfaste pour le service public et pour les personnels.

Il met en demeure le président de la République, dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne, de porter haut l’exigence de services d’intérêt général soustraits à la sphère strictement marchande et compatibles avec le maintien d’opérateurs publics.

La France doit notamment défendre le principe d’une directive cadre sur les services d’intérêt général, garantissant un haut niveau de service aux usagers et l’égalité des citoyens et des territoires face aux services essentiels.



  Derniers articles  
  21/11/2018 : Le Parti socialiste soutient le personnel enseignant en grève - 12/11/2018  
  18/11/2018 : Le Parti socialiste dénonce le report de la PMA - 15/11/2018  
  18/11/2018 : Taxe carburant : le gouvernement n’a pas compris les raisons de la colère des Français - 12/11/2018  
  13/11/2018 : Pouvoir d’achat et financement de la transition écologique - 13/11/2018  
  12/11/2018 : Conseil départemental de la Meuse - jeudi 15 novembre 2018  
  4/11/2018 : À la Toussaint, le gouvernement enterre ses promesses pour la santé ! - 31/10/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET