Articles > A lire > Autre

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Déclaration de François Hollande (2ème tour de l’élection présidentielle) - 06/05/2007  
  Popularité 100 % : L’avenir de la PAC - 09/01/2007  
  Popularité 99 % : Marché du travail en Meuse - septembre 2005  
  Popularité 99 % : Retrait du CPE - 06/03/2006  
  Popularité 99 % : le 8 mars 2006 : Il faut savoir reconnaître ses erreurs  
  Popularité 99 % : le 17 mai 2006 : le coût de la dépollution.  
     

Croissance et pouvoir d’achat : selon l’INSEE, le pire est à venir - 20/06/2008

Paris, le 20 juin 2008

Communiqué de Michel SAPIN, Secrétaire national à l’Economie et à la fiscalité

Croissance et pouvoir d’achat : selon l’INSEE, le pire est à venir

Le 15 mai dernier, le Parti socialiste dénonçait la fanfaronnade sidérante du gouvernement sur la situation économique du pays, et jugeait totalement déplacé que Madame Lagarde se permette publiquement de « jubiler », selon ses propres termes, sur le niveau de la croissance. Dans la foulée, Nicolas Sarkozy se targuait des premiers effets positifs du paquet fiscal.

Un mois plus tard, la note de conjoncture publiée par l’INSEE vient battre en brèche cette communication grossière systématisée par la majorité depuis plusieurs semaines, et conforter l’analyse que le PS fait de la situation économique française.

Selon l’INSEE, organisme statistique gouvernemental, le taux de croissance pour le reste de l’année 2008 devrait se situer entre 0 % et 0,2 % par trimestre, soit à un niveau très bas. Les ventes de logement neuf devraient baisser de 15 à 20 % en 2008, entraînant dans leur chute l’ensemble du secteur immobilier, l’un des principaux moteurs de la croissance.

Le pouvoir d’achat des ménages devrait cesser totalement d’augmenter en 2008, sous le coup d’une forte inflation et d’une stagnation des salaires, après avoir baissé de 0,4 point sur la dernière année, selon les chiffres publiés ce matin par le Ministère de l’Emploi. La hausse de la consommation devrait d’ailleurs être comprise entre 0,1 et 0,3 % par trimestre, après un coup d’arrêt au premier trimestre, niveau exceptionnellement bas.

Le Parti socialiste rappelle que la dégradation de la situation internationale n’exonère pas le gouvernement de son entière responsabilité dans la détérioration profonde de l’économie française. En effet, la majorité a fait le choix, avec le paquet fiscal, de faire des baisses d’impôts à crédit pour les plus aisés de nos concitoyens (10 milliards de baisse de prélèvements obligatoires), et de favoriser une envolée de la dette et des déficits.

Elle s’est ainsi privée, contrairement à ses principaux partenaires, de toute marge de manœuvre pour relancer la machine économique en cette période difficile, sans pour autant permettre une relance de la croissance et du pouvoir d’achat. Elle a dès lors pris la responsabilité de faire payer le coût de ces cadeaux fiscaux par les catégories moyennes et populaires.

Les caisses sont ainsi vides et rendent le gouvernement totalement impuissant face à la dégradation brutale de la situation économique.



  Derniers articles  
  19/06/2018 : Conseil municipal de Bar-le-Duc - 28 juin 2018  
  15/06/2018 : Conseil départemental de la Meuse - 21 juin 2018  
  14/06/2018 : Solidarités : Macron fait le SAV de sa politique anti-pauvres ! - 13/06/2018  
  14/06/2018 : Projet de loi Avenir Professionnel : une marchandisation du service public de la formation - 12/06/2018  
  14/06/2018 : Lancement de la plateforme collaborative la Ruche Socialiste - 10/06/2017  
  13/06/2018 : Revenu de base : 13 départements engagés pour l’innovation sociale - 06/06/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET