Articles > A lire > Emploi, chômage, dialogue social > Dans les entreprises

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Section PS de Bar-le-Duc  
  Popularité 68 % : Pour un égal accès à l’éducation pendant le confinement - 03/04/2020  
  Popularité 62 % : Le Parlement européen soutient le juste échange via un ajustement aux frontières des émissions de CO2 dans le secteur de la sidérurgie - 17/12/2014  
  Popularité 62 % : Pôle Emploi : le gouvernement fragilise les outils de lutte contre le chômage - 17/12/2010  
  Popularité 62 % : Conseil départemental : session plénière du 2 avril 2015  
  Popularité 62 % : Communiqués - 28 mars 2012  
     

Les 35 heures - 28/05/2008

Paris, le 28 mai 2008

Communiqué d’Alain VIDALIES, Secrétaire national aux Entreprises : Les 35 heures

Le Parti socialiste dénonce avec force le contenu de l’avant-projet de loi sur la démocratie sociale que vient de présenter Xavier Bertrand.

Il est inacceptable que le gouvernement se permette de dénaturer le texte de la position commune des partenaires sociaux sur la représentativité et la durée du travail, ce à quoi s’opposent l’ensemble des organisations syndicales, au mépris des grandes déclarations du Président de la République sur le respect des accords collectifs.

Alors que la position commune soumettait la possibilité d’augmenter le contingent annuel d’heures supplémentaires dans l’entreprise à un accord majoritaire (en majorité absolue des voix), l’avant-projet de loi généralise cette possibilité par simple accord représentant 30 % des salariés.

Sur le fond, l’avant-projet de loi prévoit qu’un accord d’entreprise pourra désormais revenir sur le principe d’un repos compensateur, aujourd’hui obligatoire lorsque des salariés dépassent le contingent d’heures supplémentaires.

Une telle évolution constituerait un recul majeur du droit du travail, le principe du repos compensateur ayant d’abord été institué pour garantir la santé et la sécurité des salariés dans l’entreprise.

Elle reviendrait également à faire sauter le dernier verrou de la réglementation sur la durée du travail, avant la suppression pure et simple de la référence légale aux 35 heures, en contradiction avec les plus récents engagements de Monsieur Sarkozy.

Le jeu de rôles auquel se livrent le Président de la République, le gouvernement et l’UMP sur la durée légale du travail n’est qu’une nouvelle manœuvre destinée à faire oublier l’incapacité de cette majorité à améliorer le quotidien des Français, notamment sur le pouvoir d’achat.

Le Parti socialiste demande dès lors le retrait de cet avant-projet de loi ainsi que la stricte transposition de la position commune sur la représentativité syndicale, et s’opposera totalement à toute nouvelle remise en cause de la durée du travail.



  Derniers articles  
  7/04/2020 : Pour un égal accès à l’éducation pendant le confinement - 03/04/2020  
  2/04/2020 : Covid-19 : Olivier Faure réclame une « économie de guerre » face à l’épidémie - 22/03/2020  
  30/01/2020 : Conseil municipal de Bar-le-Duc - 06 février 2020  
  11/01/2020 : Débat retraites au Sénat : "C’était le Titanic" - 10/01/2019  
  30/12/2019 : Lutter contre la désertification médicale  
  30/12/2019 : Enquête PISA : le choc des inégalités n’est pas une fatalité  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET