Articles > Les Elus de Gauche (en Meuse, en Europe) > Conseil départemental de la Meuse > Interventions - déclarations - communiqués

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Un nouveau pas contre la fraude fiscale - 07/05/2015  
  Popularité 97 % : Bye Bye Barroso - 30/10/2014  
  Popularité 70 % : Tribune de l’Opposition « Attendez 15 ou 20 ans » ... et puis quoi encore ? - 03/2019  
  Popularité 70 % : Etats généraux de l’Economie sociale et solidaire (ESS) - 17/06/2011  
  Popularité 70 % : Mai 2009 : le bilan s’alourdit encore pour l’emploi - 26/06/2009  
  Popularité 70 % : Le Parti socialiste propose une contribution climat énergie universelle - 02/07/2009  
     

Gestion durable des matières et déchets radioactifs - 20/09/2007

Avis sur le projet de décret fixant les coefficients des taxes d’accompagnement et de diffusion technologique - séance du Conseil général du 20/09/2007

M. CORRIER : Bien que nous en ayons parlé ce matin, le sujet ne manque pas de nous interpeller surtout si, comme ce matin, on oublie d’évoquer le contexte. Je m’explique.

Ce matin, nous avons eu des explications difficiles sur les chiffres, les coefficients, etc. Je n’y reviens pas et m’exprimerai sur un thème plus général. Les montants obtenus sont importants, ce que nul ne conteste. Vous nous l’avez expliqué ce matin, M. le Président. Ils sont le résultat d’un appel de fonds que les Conseillers Généraux de Meuse et de Haute-Marne ont fait valoir au Ministère en fonction de nos investissements à prévoir, de nos besoins exprimés, mais non en fonction de l’équivalence d’une taxe professionnelle sur des équipements installés. Il ne s’agit pas d’un mode de calcul conventionnel et classique.

Les partenariats avec les universités nancéiennes m’interrogent, non pas sur les géosciences, les techniques et les sciences de l’environnement, mais sur les sciences humaines et sociales qui ont été ou qui seront mobilisées pour étudier les conditions d’acceptabilité sociales du stockage. C’est bien aujourd’hui que se situe là une partie du problème qui nous préoccupe. Depuis les débats et la loi de juin 2006, il n’y a plus de réflexion sur les trois axes. J’avais rappelé en son temps que l’axe 2 « Stockage et enfouissement » était la solution privilégiée - elle était annoncée comme telle - alors que les deux autres axes sont de véritables axes de recherche.

Ensuite, j’avais dit que la réversibilité inscrite dans la loi était un leurre pour faire passer « la pilule ». Même si cela revient en débat en 2015, tout sera alors à ce point engagé que nous ne pourrons jamais faire marche arrière. Aujourd’hui, les sommes en jeu sont importantes et elles deviennent nécessaires à l’équilibre du budget départemental. Tout le monde l’a compris et entendu.

Vous appeliez à une meilleure prise en compte des besoins de départements comme le nôtre il y a quelques mois, avant les élections, et à une meilleure péréquation, à une péréquation plus juste des aides de l’État, à laquelle nous ne pouvons tous que souscrire.

Aujourd’hui, la manne qui nous serait attribuée par le décret est importante. Je m’interroge : ne risquons-nous pas d’être pénalisés à terme, car il nous sera peut-être dit : « Mais vous avez l’argent du laboratoire. ».

Je m’inquiète donc sur le fait que nous ayons, certes avec beaucoup d’énergie comme vous l’avez décrit, obtenu des sommes conséquentes. Dans un équilibre sur l’ensemble, ne serons-nous pas pénalisés ? Cette question me taraude.

M. LE PRÉSIDENT : La question posée est une question de fond à laquelle nous avons répondu à plusieurs reprises. Nous resterons extrêmement vigilants tant en ce qui concerne les crédits que nos exigences, à savoir l’aval de la population et les mesures diverses d’accompagnement - sécurité et autres. Pour l’heure, je rappelle qu’il rie s’agit que du laboratoire ; les études continuent.

Ainsi que vous l’avez évoqué dans votre intervention, je suis intéressé par tout ce qui est périphérique. Je pense aux accords qui sont actuellement en train de se réaliser avec les académies des universités, de Nancy notamment. Une diversité de créneaux se développe, notamment une licence VANAPA ( Valorisation non alimentaire des productions agricoles et des biomasses) se développera à partir de 2008, ce qui est quasiment assuré. Viennent s’ajouter, ce qui me semble plus important encore, toutes les phases de recherche que nous souhaitions voir mises en oeuvre il y a bien longtemps. Les choses avancent.

Je ne peux vous répondre davantage. Aujourd’hui, nous sommes interrogés sur le décret. Il consolide l’opération financière. Amené à donner un avis, le GIP s’est exprimé hier à l’unanimité. Aujourd’hui - telle est la question.-, acceptons-nous ou non le décret ?

Plus personne ne souhaitant intervenir, je mets aux voix le rapport.
Il est adopté, un Conseiller Général s’étant abstenu.
La séance publique est close.



  Derniers articles  
  13/03/2019 : Le Parti socialiste lance ses propositions pour une Europe féministe - 08/03/2019  
  13/03/2019 : Le Parti socialiste fait du « bien manger » un enjeu majeur de notre société - 05/03/2019  
  13/03/2019 : La lettre d’Emmanuel Macron : des mots pour le dire, des actes pour se dédire - 05/03/2019  
  9/03/2019 : Tribune de l’Opposition « Attendez 15 ou 20 ans » ... et puis quoi encore ? - 03/2019  
  5/03/2019 : Le Parti socialiste saisit le CSA sur les atteintes au pluralisme - 25/02/2019  
  5/03/2019 : Algérie : le Parti socialiste solidaire des aspirations au changement - 04/03/2019  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET