Articles > A lire > Finances locales et nationales, fiscalité

  Articles populaires  
  Popularité 100 % : Conseil départemental - le nouvel exécutif (avec les délégations) - 11/04/2015  
  Popularité 100 % : Meuse : carte des cantons  
  Popularité 66 % : Foresterie : le Parlement européen fait feu de tout bois - 28/04/2015  
  Popularité 66 % : Importations d’OGM : une proposition dangereuse - 22/04/2015  
  Popularité 66 % : Assez des "blocages" irresponsables - 21/11/2013  
  Popularité 66 % : Une aide complémentaire à l’agriculture biologique - 17/03/2015  
     

Quand l’Etat trahit sa parole - 28/10/2007

Présente-moi ta politique fiscale et je te dirai qui tu es »...

Avec la droite, l’avantage c’est que l’on n’est jamais déçu -façon de parler- car elle se révèle sans pudeur, à l’Assemblée comme au Sénat. C’est toujours aux mêmes que la majorité s’adresse : après le paquet fiscal de juillet, la loi de finances prolonge l’erreur économique : « prélèvement libératoire » de 16 % pour les 50.000 contribuables disposant d’au moins 25.000 euros de dividendes par an, nouvel allégement de l’impôt sur la fortune... Le
gouvernement et les députés UMP rivalisent tour à tour d’inventivité.

Cette inventivité de la droite se double d’une perversité. Elle s’exprime dans les rapports entre l’État et les collectivités locales. Comme le révèle Claudy Lebreton, le pouvoir a décidé de transférer de nouvelles charges aux collectivités locales sans les compenser financièrement. Son cynisme a été d’argumenter sur la nécessité de rapprocher Financeurs et acteurs des politiques d’accompagnement social (RMI, dépendance...), puis d’abandonner au bon vouloir des collectivités le maintien à niveau des prestations.

Que faire dès lors ? Renoncer à ces politiques ? Les collectivités locales, aujourd’hui majoritairement détenues par la gauche. ne peuvent s’y résoudre. Il leur reste alors l’obligation d’augmenter la pression fiscale locale et à l’assumer ensuite devant leurs électeurs.

La décentralisation est devenue pour la droite un sujet politique fascinant : grâce à elle, elle peut alléger les impôts des riches en reportant des dépenses sur l’ensemble
des contribuables.

Mieux, elle lui permet de donner ensuite des cours de vertu à une gauche des régions et des départements qui aurait la
« religion de la taxe. »

Nous n’avons certes pas peur de justifier le recours à l’impôt. Simplement aujourd’hui, l’ultime altération de l’intérêt général consiste à ce que les charges, autrefois financées par l’impôt progressif, basculent sur la fiscalité locale qui est connue pour être la plus injuste.

Enfin, et ce n’est pas moins choquant, ces transferts de charges non compensés par l’État frappent indifféremment territoires riches et pauvres, ce qui a pour conséquence de fragiliser les zones qui le sont déjà et de moins peser sur celles dont la prospérité aurait pu justifier un effort particulier. Face à cette politique, les socialistes réfléchissent déjà à l’alternative. Ce dossier fait place au travail initié par François Marc et qui ouvre les pistes à une autre politique fiscale locale.

Thomas Colognac



  Derniers articles  
  23/01/2019 : Voeux d’Olivier Faure à la presse - 18 janvier 2019  
  23/01/2019 : Le Parti socialiste appelle France 2 à réviser sa programmation - 23/01/2019  
  4/01/2019 : Ensemble, rétablissons l’ISF ! Pour un referendum d’initiative partagée - 18/12/2018  
  21/12/2018 : Le Parti socialiste salue le Pacte mondial sur les migrations - 18 décembre 2018  
  17/12/2018 : COP24 : le strict minimum – et même moins – et une France aux abonnés absents - 16/12/2018  
  16/12/2018 : le Parti socialiste propose un autre plan ! - 12/12/2018  
     


Tous droits réservés à leurs auteurs respectifs.
Contactez-nous : fede55@parti-socialiste.fr - 1 place Maurice Genevoix 55100 VERDUN - Téléphone/Fax : 03 29 84 55 62
Site développé pour une résolution de 1024x768 avec Internet Explorer 6+, Mozilla Firefox 1+, Opera 8+, Safari 2+
XHTML 1.0 CSS 2.1 Mozilla Firefox
Propulsé par : SPIP - Conception : Olivier ROUET