Paris,, le 22 septembre 2005

 

Communiqué de

Martine LIGNIERES-CASSOU, Secrétaire nationale à la Vie Associative,

Le Parti socialiste exprime, aux côtés des associations mobilisées, sa perplexité et sa vive inquiétude quant à la politique du Gouvernement Villepin en direction du monde associatif.

Le gouvernement vient en effet d’annoncer que les 2/3 des crédits dédiés au développement de la vie associative seront purement et simplement annulés. Cette amputation des subventions de 60 % aura de terribles conséquences pour les associations, notamment dans leur travail de formation de bénévoles engagés dans des politiques publiques ou des actions d’intérêt général, d’autant plus qu’elle s’ajoute à tous les gels de crédits survenus au cours de l’été, qui nuisent directement à l’emploi associatif dans les secteurs jeunesse, éducation, développement rural…

Alors même qu’au coeur de l’été, le gouvernement demandait instamment aux associations de prendre en charge les emplois aidés qu’il peine lui même à mettre en place, et d’embaucher des milliers de chômeurs et bénéficiaires de minimas sociaux, il mène une politique budgétaire totalement incohérente. Celle-ci conduit en effet clairement à la mise en danger immédiate des projets associatifs et de l’emploi associatif qualifié, outil indispensable à la pérennisation de l’action des associations.

C’est la survie des associations de tous les secteurs qui est menacée. Le Parti socialiste soutient les coordinations associatives dans leur combat et exige du gouvernement qu’il modifie d’urgence les dispositions du projet de loi de finances pour 2006