Réaction de Jean-Louis DUMONT, Député de la Meuse

à la tribune de la Dépêche Meusienne

de la semaine du 23 au 29 mars

C’est parce que je ne doute pas un seul instant que le moment venu, Sylver SOLES et son équipe sauront interpeller les candidats désireux de représenter la Meuse au Sénat, que je souhaite répondre à l’appel " solennel " lancé par la Dépêche Meusienne aux candidats aux élections législatives en Meuse.

C’est vrai, la Meuse est dans " l’opposition " depuis de nombreuses années, l’opposition du monde rural aux zones urbaines du sillon mosellan, à la métropole Metz-Nancy… La décentralisation bâclée par le Gouvernement et approuvée par les deux sénateurs de la Meuse n’a fait que pénaliser davantage notre territoire meusien. Fort heureusement les efforts drastiques effectués par la Région lorraine depuis 2004 en termes d’aménagement du territoire limitent la casse.

Mais les meusiens sont-ils capables de s’unir, de rassembler leurs forces pour faire avancer des dossiers au-delà des clivages politiques et territoriaux ? Sommes-nous en mesure d’être cohérents dans le temps et dans l’espace ? Peut-on défendre les collèges en milieu rural au Conseil Général et envisager de fermer le CES Maurice Barrès à Verdun ? Peut-on défendre le zonage PAT en 1999 avec l’appui des députés de la majorité, et y renoncer en 2006 au motif que le Conseil général, les sénateurs et le gouvernement sont du même bord politique ? Les entreprises meusiennes méritent mieux que çà !

La Meuse a besoin de constance, d’un discours meusien empreint d’optimisme et d’ambition ! Lorsqu’il était question du tracé du TGV Est et de l’implantation de la gare Meuse, on ne peut pas dire que les médias locaux se soient montrés très enthousiastes ! C’était pourtant un enjeu d’importance autour duquel médias, syndicats de salariés, syndicats patronaux, politiques et chambres consulaires auraient dû se montrer capables de faire entendre unanimement la voix de la Meuse et sa volonté de développement économique.

Ceci dit, des fois ça marche ! Il suffit de citer INEOS ! Hormis les difficultés relatives au permis de construire, à une annonce prématurée d’un élu en mal de publicité, la mobilisation et la raison, demandées par le patron de l’usine locale et celui de la coopération agricole en Meuse et en France, ont fini par triompher autour d’un projet économiquement viable, territorialement ambitieux et porteur d’avenir pour toute la filière agricole meusienne. C’est grâce à la mobilisation d’élus qui ont su dépasser les conflits territoriaux, que ce projet de production de biocarburant a bénéficié d’alliances nationales (AREVA).

Défendre la Meuse sans esprit partisan ne me pose aucun problème. Mais où est la presse locale quand un député se bat sur le terrain pour exiger la transparence et des réponses concrètes aux attentes des maires et des habitants des secteurs concernés par les travaux menés par l’EPAMA ? Où est-elle quand il promeut par voie de propositions de loi la valorisation de la filière bois et de la biomasse en Meuse ?

Enfin, la Dépêche Meusienne a raison, la désertification de notre territoire commence par la fuite de ses cerveaux. C’est pourquoi je défends de toutes mes forces une formation technique universitaire à Verdun comme à Bar-le-Duc. Ma détermination à ce sujet n’a pas varié depuis 1992. La question mériterait plutôt d’être posée à celle qui, à l’époque, a voté contre le projet de l’antenne IUT de Verdun en conseil municipal ou encore à celui qui, après des années d’inertie, se réveille en urgence à l’approche des échéances électorales !

Bref, face aux coups de gueule sporadiques, aux mémoires sélectives et aux contre-vérités électorales, les circonscriptions de la Meuse ont des élus capables de la défendre dans sa totalité, en intelligence et sans états d’âme, dans la continuité ou le passage de témoin.

Jean-Louis DUMONT

Député de la Meuse

Candidat aux élections législatives

des 10 et 17 juin 2007